Musique connectée
Magazine
Mardi 22 décembre 2020
1 min

La médiathèque en ligne du Conservatoire de Paris : 2000 nouvelles pépites manuscrites

Les vacances de Noël peuvent être l’occasion d’aller découvrir des partitions manuscrites et donc de faire des découvertes musicales. La médiathèque en ligne du Conservatoire de Paris s'est enrichie d’un joli lot de plus de 2000 nouvelles archives...

La médiathèque en ligne du Conservatoire de Paris : 2000 nouvelles pépites manuscrites
Une partition de Chopin destinée à une épreuve de lecture à vue mise en ligne par la médiathèque du Conservatoire de Paris

Les archives sont des partitions qui concernent une discipline phare du conservatoire, discipline assez peu connue en dehors de la sphère musicale : la lecture à vue, qu’on appelle aussi le déchiffrage.
Il s’agit d’apprendre à déchiffrer et à transposer instantanément, dans d’autres tonalités, le morceau de musique que l’on vient de vous poser sur le pupitre, morceau qui peut être de n’importe quelle esthétique : baroque, classique, romantique, contemporaine, jazz aussi.
Cocorico, la lecture à vue est une spécialité de l’enseignement musical français, elle concerne absolument tous les instruments ainsi que la voix. Au Conservatoire de Paris, les premières épreuves de déchiffrages remontent au XIXe siècle et jusqu’à une période assez récente, les partitions utilisées pour les séances de lecture à vue étaient manuscrites, écrites directement par les compositeurs et compositrices. Autant dire, quelquefois, d’obscurs hiéroglyphes…
Au milieu du XXe siècle, les partitions ont commencées, quand même, à être dactylographiés et imprimées.

Du coup, sur le nouvel onglet « Lecture à vue » du site de la médiathèque du Conservatoire, vous pouvez désormais trouver les pépites, manuscrites pour la grande majorité, de cette discipline exigeante : c’est-à-dire les partitions qui ont été soumises aux élèves pour les concours et les examens depuis la première moitié du XIXe siècle. Vous y trouverez des manuscrits de Cherubini, Debussy, Alphonse Duvernoy ou encore Fauré. Cela regroupe ainsi des centaines de compositeurs et quelques compositrices, peut-être un peu plus au fur et à mesure de l’archivage… C’est l’occasion de découvrir des noms et des œuvres de musiciens inconnus au bataillon pour le grand public !

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Et petit plus, le site vous propose des « ballades intuitives » dans une partie des partitions manuscrites. Nous ne vous en disons pas plus mais on vous encourage à aller y faire un tour.

L'équipe de l'émission :