Musique connectée
Magazine
Jeudi 28 janvier 2021
1 min

La danse comme vous ne l’avez jamais vue : la collaboration révolutionnaire d’un photographe et d’un danseur

L’un des danseurs principaux de l’American Ballet Theater, la plus célèbre des compagnies new-yorkaise, s’est associé à un photographe pour deux captations révolutionnaires…

La danse comme vous ne l’avez jamais vue : la collaboration révolutionnaire d’un photographe et d’un danseur
Herman Cornejo : 20th Anniversary with American Ballet Theatre, © NB

Herman Cornejo est argentin et c’est l’une des stars de l’American Ballet Theater où il danse depuis 1999. Il a fêté ses 20 ans de carrière à New York en octobre 2019, au cours d’une grande soirée anniversaire où il a repris, avec ses partenaires de ballet, quelques-uns de ses grands rôles, comme l’Apollon de Stravinsky et Balanchine, ou le Roméo de Prokofiev.

Un an et demi plus tard, en pleine pandémie, privé de représentations et de studios de répétition, le danseur en a assez de s’entraîner seul, chez lui, dans son appartement où le moindre saut le fait se cogner aux murs, sur le revêtement anti-déparant en plastique fourni aux danseurs par la compagnie.
Pour la première fois depuis qu’il a enfilé ses premiers chaussons de danse à 8 ans, il s’autorise une pause, histoire de faire le point et de retrouver un peu d’énergie créatrice. Il a envie de proposer quelque-chose au public, mais quoi ? Une énième captation ne le tente pas. Herman Cornejo a envie d’un objet qui rapproche les gens des danseurs, qui leur donnerait l’impression d’être dans la même pièce qu’eux. Il contacte le photographe Steven Sebring, avec qui l’American Ballet Theatre a déjà collaboré une fois. Mais voilà : Steven n’est pas un photographe comme les autres…

Dans son laboratoire new-yorkais, ce scientifique a développé toute un arsenal de pointe pour capter les mouvements des danseurs comme personne : il dispose ses caméras tout autour du danseur et prend une série d’images fixes, quasiment en temps réel ensuite avec un logiciel pour créer des séquences en trois, voire en quatre dimensions.
15 minutes de danse génère plus de 20 000 photos, sous tous les angles. Pour vous donner une idée, c’est comme regarder « l’homme de Vitruve» de Léonard de Vinci, le célèbre dessin d’homme au centre d’un cercle, qui prendrait vie, en mouvement et en trois dimensions.
Une telle prise de vue permet de regarder les danseurs de près, d’observer leurs mouvements sous tous les angles, à des vitesses différentes, de les voir planer dans les airs au milieu d’un saut, comme si le temps était suspendu, le temps d’une pirouette… Magique !

Cette nouvelle collaboration, fin prête, s’appelle « DANCELIVE », elle est composée de deux danses, capturées par les caméras du photographe, un duo du chorégraphe Joshua Beamish et un solo conçu par Herman Cornejo sur la Rhapsody in Blue de Gershwin.
A découvrir dès samedi 30 janvier sur le site de performances en ligne Veeps. Le début d’une fructueuse collaboration, qui propose une approche de la danse bien différente de celle des théâtres. Différente… et complémentaire ?

L'équipe de l'émission :