Musique connectée
Magazine
Lundi 31 décembre 2018
1 min

L’intelligence artificielle au service du centenaire du Philharmonic de Los Angeles

L’année 2019 commence demain et, avec elle, un centenaire qui fait déjà du bruit… L'année du centenaire d'un célèbre orchestre philharmonique.

L’intelligence artificielle au service du centenaire du Philharmonic de Los Angeles
Walt Disney Concert Hall, Los Angeles Music Center, © Alex Berliner / BEI / Rex Features

Centenaire d’un célèbre orchestre philharmonique

Voilà quelques indices pour vous aider à trouver lequel : cet orchestre a notamment été dirigé par les chefs Zubin Mehta, André Previn ou encore Esa-Pekka Salonen, il est basé au soleil, pas très loin des embruns du Pacifique et des paillettes d’Hollywood, il loge plus précisément encore dans le Walt Disney Concert Hall et son directeur artistique actuel n’est autre que le chef star Gustavo Dudamel, j’ai nommé…

L'Orchestre philharmonique de Los Angeles

Le LA Phil, comme on l’appelle, fêtera son centenaire en grandes pompes en 2019 et les festivités ont déjà commencé sur le terrain numérique. 

Pour ses cent ans, l’orchestre a vu les choses en grand et à convoqué la crème de la crème des nouvelles technologies : l’intelligence artificielle.

Refik Anadol

L’orchestre a collaboré avec l’artiste plasticien Refik Anadol, spécialiste des performances incluant les nouvelles technologies. 

Alors qu’a-t-il fait, Refik Anadol ? Il a eu recourt à des algorithmes d’intelligence artificielle particulièrement redoutables puisqu’ils ont traité la totalité des archives sonores et visuelles de l’orchestre, depuis sa création en 1919, soit l’équivalent de 40 000 heures d’audio et de vidéo. 

Autant dire, une masse d’informations absolument colossale que le cerveau humain mettrait à lui seul des années à analyser.

Collaboration d’un artiste et d’une intelligence artificielle

Les images psychédéliques produites par le logiciel d’intelligence artificielle et retravaillées par le plasticien sont projetées depuis quelques jours sur l’intégralité de la façade du Walt Disney Concert Hall, à Los Angeles. 

Rassurez-vous chers auditeurs l’idée avec cette chronique n’est pas de vous frustrer au réveil : à défaut d’aller à Los Angeles en 2019, vous pouvez aller sur le site internet de l’orchestre où une série de vidéos très poétiques présentent l’installation monumentale de Refik Anadol et du programme d’intelligence artificiel mis au point par Google. 

Et pour ceux qui ont ou auront la chance de faire un tour sur la côte californienne, la performance continue dans les galeries du bâtiment. 

Un bel hommage au passé d’un orchestre qui se targue de regarder vers l’avenir, d’autant que 2019 c’est aussi l’année des dix ans du chef vénézuelien Gustavo Dudamel à la tête de la phalange californienne. Un double anniversaire donc. 

L'équipe de l'émission :