Musique connectée
Magazine
Lundi 8 juin 2020
1 min

L’improvisation, grande perdante de la crise sanitaire

Suzanne Gervais souhaite rendre un hommage ce matin à l'enseignement de l’improvisation car il est malheureusement bien malmené en ce moment…

L’improvisation, grande perdante de la crise sanitaire
Musique connectée du 08/06/2020, © Getty / RyanJLane

L’improvisation, c'est un talent, une compétence qui en fait rêver plus d'un, que l’on assiste à un concert de jazz ou que l’on écoute un récital d’orgue…

Elle a beau être associée au geste de l’autodidacte, l’improvisation ne s’improvise pas : elle a ses règles, elle se travaille. Elle est riche de tâtonnements, de découvertes et d’enseignements. Si bien qu’après avoir été délaissée pendant près d’un siècle dans les cursus de musique classique, l’improvisation a fait son grand retour dans les conservatoires dans les années 70-80, défendue par des musiciens avides de liberté.

Pour les disciplines musicales collectives, les cours à distance sont plus difficiles à mettre en place que pour les cours individuels. L’improvisation remporte sans hésiter la palme de la discipline la moins adaptée au distanciel, aux rendez-vous sur Whatsapp Vidéo, sur Zoom ou sur tout autre logiciel de visioconférence.

Les raisons sont assez évidentes : improviser, c’est sentir la présence des autres musiciens, c’est transmettre une énergie. Tous les improvisateurs vous le diront : l’improvisation, c’est charnel, aussi physique qu’intellectuel, voire davantage pour certains. Par écrans interposés, non seulement la fluidité fait défaut, mais l’oreille et le corps ne sont pas mobilisés de la même manière…

Il y a quand même quelques solutions de fortune, grâce au logiciel allemand Jamulus, dont le flux est particulièrement efficace, à condition d’avoir la fibre, ce qui n’est pas le cas de tout le monde et de tous les territoires...

Pour les grands étudiants ou les improvisateurs en herbe, certains logiciels peuvent combler temporairement l’absence de cours, tel que le plébiscité Djazz, que vous trouverez en tapant digitaljazz.fr. IRealpro est aussi devenu un incontournable, avec beaucoup de styles musicaux différents.

Outre ces trois pistes pour continuer tant bien que mal à improviser chez soi, une  pensée ce matin donc pour toutes les classes d’improvisation, celles des CNSMD de Paris et de Lyon, mais pas seulement ! Le monde de l'improvisation est très divers dans nos conservatoires.

De nombreuses sensibilités et cultures musicales se côtoient dans le monde de l’impro ce qui en fait une discipline à l’esprit d’ouverture et à une dimension multiculturelle infiniment précieuse.

L'équipe de l'émission :