Musique connectée
Magazine
Lundi 18 février 2019
1 min

L’enseignement de la musique électroacoustique

La semaine commence avec un point sur l’enseignement de la musique électroacoustique dans les conservatoires, en plein essor…

L’enseignement de la musique électroacoustique
Pierre Henry, un pionnier de la musique électroacoustique, © Frank Perry / AFP

Rappel historique

Petit, tout petit rappel historique pour commencer : Pierre Schaeffer invente la musique concrète en 1948 avec ses Etudes de bruits

La première classe de composition électro acoustique ouvre en 1968 à Marseille, suivie quelques mois plus tard par l’ouverture de la classe de Schaeffer au Conservatoire de Paris. 

En 1974, la création de l’Ircam provoque une séparation entre musique acousmatique et live électronique. Mais cela n’empêche pas l’ouverture d’autres classes d’électroacoustique dans les conservatoires. 

Contraste de la situation de l’électroacoustique

Certaines classes de conservatoire meurent dans l’indifférence suite au départ de leur fondateur, mais ailleurs, d’autres classes connaissent un essor fulgurant. C’est le cas par exemple de la classe d’électroacoustique au Conservatoire Gabriel Fauré à Angoulême. Depuis presque 20 ans, ce conservatoire propose par exemple une initiation pour des élèves de CM2 en classe à horaires aménagés.

Et puis l’histoire de la musique électroacoustique n’est pas un long fleuve tranquille : elle a connu un bouleversement majeur ces vingt dernières années avec l’informatique, l’informatique qui accélère copieusement le processus de création. L’enseignement a dû, bien sûr, s’adapter : au conservatoire de Perpignan, les élèves de la classe d’électroacoustique travaillent tout de même, les trois premiers mois, sur  des vieux magnétophones, sur bande magnétique, pour apprendre à écouter, avant de passer sur l’ordinateur.

La démocratisation de l’informatique

La démocratisation de l’informatique favorise la diffusion des musiques acousmatiques et électroniques et la musique électroacoustique connait aujourd’hui un vrai renouvellement : elle est de plus en plus diffusée.

Les compositeurs n’hésitent pas à rejoindre les musiques populaires, et puis le public susceptible de s’intéresser à cette discipline est large : les instrumentistes curieux, qui veulent compléter leur formation musicale, les DJ, les designer sonores etc. 

Cette diversité des publics est assurément bénéfique pour les classes de composition électroacoustique.

L'équipe de l'émission :