Musique connectée
Magazine
Mercredi 7 octobre 2020
1 min

Direct, web-série : les efforts d’Angers-Nantes Opéra pendant la crise sanitaire

L’initiative du jour, c’est celle de l’Opéra d’Angers-Nantes qui propose une série documentaire mais aussi une retransmission en direct.

Direct, web-série : les efforts d’Angers-Nantes Opéra pendant la crise sanitaire
Angers-Nantes Opéra lance une web-série autour de la production d'Iphigénie en Tauride de Gluck

Pas facile de préparer une saison sans savoir dans quelles conditions les représentations pourront se tenir, ni même si le public pourra y assister.
Mieux vaut prévenir que guérir, mieux vaut anticiper pour le gros travail fournit par toute une maison lyrique pour chacune de ses productions soit valorisé. C’est l’état d’esprit de l’Opéra d’Angers-Nantes qui va proposer, en parallèle des représentations incertaines de sa première production de l’année: Iphigénie en Tauride de Gluck, une retransmission en direct et une série documentaire.
Il faut dire que les maisons lyriques du Grand Ouest : Angers-Nantes, mais aussi Rennes, sont particulièrement réactives sur le terrain numérique avec une jolie tradition de retransmissions d’opéra.

Si tout va bien, 12 représentations d’Iphigénie sont prévues : à Angers les 23 et 25 octobre, à l’Opéra de Rennes du 29 novembre au 7 décembre, puis à Nantes du 13 au 19 décembre.

Pour assurer ses arrières et permettre au public de découvrir l’opéra de Gluck et la mise en scène de Julien Ostini, l’Opéra voit grand et des caméras vont investir la salle du Grand Théâtre d’Angers le 25 octobre pour capter le spectacle et le retransmettre en direct. Cela veut dire que l'on pourra assister à la représentation derrière nos écrans.

En plus, l’Opéra lance une web-série de 15 épisodes d’environ cinq minutes qui s’appelle « Iphigénie à l’Opéra : on vous dit tout ! ». Elle a été tournée pendant les répétitions et on y découvrira l’œuvre, son livret, les interprètes et la ruche des coulisses : tous les métiers d’opéra qui s’activent dans l’ombre pour que chaque production puisse voir le jour.
Le premier épisode a été diffusé hier. Vous pouvez le retrouver sur les réseaux sociaux.

Voilà une première production de saison qui sera proposée sous plusieurs formes et donc accessible au plus grand nombre. Certaines maisons lyriques redoublent d’efforts pour partager leur travail, malgré la crise sanitaire et les incertitudes.

En parlant d’efforts, profitons-en pour dire qu’à l’Opéra d’Angers-Nantes, un système de garderie a été mis en place pour permettre aux parents d’assister au spectacle sans leurs bambins.. C’est vrai que 2h30 d’opéra de Gluck, à trois ans, c’est long…
Un service gratuit, qui est loin d’être courant dans les maisons d’opéras : alors profitez-en !

L'équipe de l'émission :