Musique connectée
Magazine
Mercredi 30 juin 2021
1 min

Des détenus réparent des violons dans une prison tchèque

L’histoire du jour se passe dans une prison tchèque, non loin de la frontière avec la Pologne, une prison où certains détenus participent à un programme de réparation de violons, d’altos et de violoncelles.

Des détenus réparent des violons dans une prison tchèque
Les détenus de la prison d'Odolov, en République tchèque, réparent et fabriquent des violons

Deux gardiens de prison qui improvisent un petit duo au violon : la scène se passe dans la prison d’Odolov, au nord-est du pays, près de la frontière polonaise. Un spectacle assez inhabituel dans le milieu carcéral, mais fréquent dans cet établissement pénitentiaire de République tchèque.

Réparation de violons, d’altos et de violoncelles

C’est que depuis 2009, les condamnés travaillent chaque semaine ou presque dans un atelier de modelage du bois aménagé dans le bâtiment, pour rénover et fabriquer des violons, des altos et quelques violoncelles, des instruments qui sont ensuite envoyés aux écoliers du pays. L’initiative revient à Pavel Staněk, ancien violoncelliste de l'Orchestre philharmonique de la ville de Prague. Le musicien a voulu offrir aux détenus une activité utile et originale pendant leur séjour derrière les barreaux.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Des instruments pour les écoliers

Apprendre les gestes de la facture instrumentale aux prisonniers ? La direction du centre pénitentiaire a trouvé l’idée bonne et a lancé ce programme tout à fait inédit, qui permet à ses détenus, encadrés par des luthiers professionnels, de réparer, mais aussi carrément de fabriquer des instruments à cordes, sur la base du volontariat. Des cordes, mais pas seulement : les xylophones en bois qui sont fabriqués à Odolov ont même gagné la reconnaissance des experts ! Le 9 juin dernier, dernière livraison en date, huit violons sont sortis de la prison, direction une école primaire de la commune de Hlinsko, à l’Ouest de Prague. En douze ans, 200 instruments à cordes ont été réparés, 30 autres fabriqués entre les murs de la prison.

Les séances de lutherie malgré la pandémie

Ces derniers mois, pendant la pandémie, les séances de lutherie ont plus que jamais été essentielles pour les détenus, privés des visites de leurs proches et des travaux que certains d’entre eux effectuent à l’extérieur. Selon Pavel Staněk, le violoncelliste à l’origine du projet, les détenus qui quittent la prison après avoir passé du temps à réparer des instruments ne sont généralement pas renvoyés dans l'établissement par la suite. Un bilan positif qui permettra peut-être au musicien de monter ce programme dans d’autres prisons du pays…

L'équipe de l'émission :