Musicopolis
Magazine
Lundi 18 mai 2020
25 min

Vienne, 1772 : Cantates Il Primo amore et Berenice che fai de Marianna Martines

La vie musicale viennoise est très riche, même en l'absence de grands concerts publics. Le dimanche 6 septembre, Burney arrive chez Metastase, la conversation va bon train jusqu'à l'arrivée d'une jeune femme la Signora Martinez...

Vienne, 1772 : Cantates Il Primo amore et Berenice che fai de Marianna Martines
Image d'illustration, © Getty / DEA / A. DAGLI ORTI

La Signora Martinez chanta deux airs de sa composition, sur des paroles de Metastase, en s'accompagnant au clavecin, d'une manière magistrale et pleine de goût." Charles Burney

Marianna Martines est née dans la maison où vivait le poète de la cour Metastase. Il semble bien que Metastase (l'abbé Metastase) ait vécu avec la famille Martines, composée du père, maître de cérémonie chez l'ambassadeur du pape à Vienne, de la mère, et de nombreux enfants. Metastase a apparemment supervisé avec attention l'éducation de Marianna, particulièrement douée pour la musique. Il lui a fait donner des cours par le jeune Joseph Haydn. Elle a eu aussi pour professeur Nicola Porpora et Giuseppe Bonno, les plus grands noms de l'époque à Vienne.

La formation musicale de Marianna Martines lui a donné accès au style italien et au style du contrepoint allemand, puisque son professeur Giuseppe Bonno a été l'élève de Fux, auteur du fameux traité de contrepoint Gradus ad parnassum. Mais à côté de tous les maîtres qu'elle cite, Martines affirme que celui qui a planifié et dirigé ses études, c'est Metastase. Grâce à lui, il est certain qu'elle a reçu une éducation générale très complète.

Lorsque Charles Burney fait la connaissance de Marianna Martines en 1772, elle a 28 ans, et elle a déjà produit dans de nombreux genres musicaux. Comme Berenice l'un des 24 airs italiens sur des textes de Metastase, réunis en 1767, 4 concertos et plusieurs sonates pour clavecin, mais aussi beaucoup d’œuvres religieuses. On compte dans son catalogue au moins 4 messes, des litanies, des motets pour solistes et des psaumes italiens comme le In exitu Israel de Aegypto.

Programmation musicale

Marianna Martines (1744-1812)
Sonate pour clavecin en sol majeur (1769) I. Allegro brillante
Nicoleta Paraschivescu, clavecin
Deutsche Harmonia Mundi

Marianna Martines (1744-1812)Scelta d'arie Composte per suo diletto (1767) Berenice, che fai (texte de Metastasio)
Chantal Santon-Jeffery, soprano, Opera fuoco, direction David Stern
Aparte AP165D

Marianna Martines (1744-1812)
Scelta d'arie Composte peur suo diletto (1767) Berenice, che fai (texte de Metastasio)
Chantal Santon-Jeffery, soprano, Opera fuoco, direction David Stern
Aparte AP165D

Marianna Martines (1744-1812)
La Tempesta (1778) IV. Aria "Alfin fra le tempeste"
Anna Bonitatibus, mezzo-soprano, La Floridiana, direction Nicoleta Paraschivescu
Deutsche Harmonia Mundi

Marianna Martines (1744-1812)
Psaume 114 In exitu Israel (après 1770) I. Allor che il giogo barbaro
Choeur Currende et Orchestre Clara Schumann de Cologne, direction Elke Mascha Blankenburg
Schwann 3-1788-2

Marianna Martines (1744-1812)
Orgoglioso fiumicello (1786) I. Aria "Orgoglioso fiumicello"
Anna Bonitatibus, mezzo-soprano, La Floridiana, direction Nicoleta Paraschivescu
Deutsche Harmonia Mundi

Marianna Martines (1744-1812)
Il primo amore (1778) IV. Aria "Bella fiamma del mio core"
Nuria Rial, soprano, La Floridiana, direction Nicoleta Paraschivescu
Deutsche Harmonia Mundi 88697885792

L'équipe de l'émission :