Musicopolis
Magazine
Vendredi 16 octobre 2020
25 min

Un Requiem allemand de Brahms : Le concert de sa vie !

Affecté par la mort de son mentor Robert Schumann puis par celle de sa propre mère, Brahms s'engage dans la composition d'un Requiem en allemand, avec des textes tirés de la Bible, mais davantage spirituels que religieux. En 1868, son Requiem Allemand voit le jour, et c'est un triomphe.

Un Requiem allemand de Brahms : Le concert de sa vie !
Portrait de Johannes Brahms (1833-1897) par Josef Novak, © Imagno/Getty Images

Une première houleuse

La création partielle d'Un Requiem Allemand a lieu en 1867, comprenant les trois premiers mouvements. Si les 2 premiers mouvements sont bien reçus, une monumentale gaffe du timbalier dans le 3e mouvement noie le succès prévu sous un déluge de protestations qui l'imputent au compositeur. Malgré ce coup d'essai peu satisfaisant, la première complète de l'oeuvre en 1868 sera chaleureusement reçue.

Un requiem humain

Dans son choix de textes pour le Requiem allemand, Brahms se montre très désireux d'avoir un propos très large sur la mort, et sur la consolations à apporter aux vivants. D'où un texte plus spirituel que religieux. Le choix du 5e mouvement (composé en dernier), comprenant le verset "Je vous consolerai comme une mère console son enfant" tiré du livre d'Esaïe, fait également office de dédicace de Brahms à sa propre mère, dont la mort inspira son requiem. Brahms au reste, n'avait-il pas déclaré qu'il "supprimerait volontiers du titre le mot "allemand" pour le remplacer simplement par "humain" ?

Programmation musicale

Johannes Brahms (1833-1897)Un Requiem allemand op 45 (1865-68) I. Selig sing die da Leid tragen (Heureux les affligés)
Choeur Arnold Schoenberg, Orchestre Philharmonique de Vienne, direction Nikolaus Harnoncourt
RCA 88697720662

Johannes Brahms (1833-1897)Un Requiem allemand op 45 (1865-68) II. Denn alles Fleisch es ist wie Gras (Car toute chair est comme l'herbe)
Choeur Arnold Schoenberg, Orchestre Philharmonique de Vienne, direction Nikolaus Harnoncourt
RCA 88697720662

Johannes Brahms (1833-1897)
Un Requiem allemand op 45 (1865-68) III. Herre lehre doc mich (Seigneur, fais-moi savoir que mon existence doit avoir une fin) Dietrich Fischer-Dieskau (baryton), Choeur de la Société des Amis de la Musique de Vienne, Orchestre et Choeur Philharmonia, direction Otto Klemperer
Warner 4043382

Johannes Brahms (1833-1897)Un Requiem allemand op 45 (1865-68) III. Herre lehre doc mich
Choeur et Orchestre de la Radio bavaroise, direction Colin Davis
RCA 74321987052

Johannes Brahms (1833-1897)Un Requiem allemand op 45 (1865-68) IV. Wie lieblich sind deine Wohnungen (Comme sont aimables tes demeures)
Choeur Arnold Schoenberg, Orchestre Philharmonique de Vienne, direction Nikolaus Harnoncourt
RCA 88697720662

Johannes Brahms (1833-1897)Un Requiem allemand op 45 (1865-68) V. Ihr habt nun Traurigkeit (Vous connaissez à présent la tristesse)
Kiri Te Kanawa, soprano, Choeur et Orchestre Symphonique de Chicago, direction Georg Solti
Decca 414627-2

Johannes Brahms (1833-1897)Un Requiem allemand op 45 (1865-68) VI. Denn wir haben hie keine bleibende Statt (Car nous n'avons ici aucune cité durable)
Choeur Arnold Schoenberg, Orchestre Philharmonique de Vienne, direction Nikolaus Harnoncourt
RCA 88697720662

Johannes Brahms (1833-1897)Un Requiem allemand op 45 (1865-68) VII. Selig sind die Toten (Heureux sont les morts qui meurent dans le Seigneur)
Choeur Arnold Schoenberg, Orchestre Philharmonique de Vienne, direction Nikolaus Harnoncourt
RCA 88697720662

L'équipe de l'émission :