Musicopolis
Magazine
Jeudi 25 novembre 2021
25 min

Scriabine, Poème de l’extase, une fête immense

Dans cet épisode de Musicopolis, Anne-Charlotte Rémond revient sur la genèse du "Poème de l'extase" du compositeur russe Alexandre Scriabine (1872-1915).

Scriabine, Poème de l’extase, une fête immense
Dessin d’Alexandre Scriabin (1872-1915) de 1909. Collection de la Bibliothèque Nationale Russe, © Getty / Fine Art Images/Heritage Images/Getty Images

Les origines du Poème de l'extase de Scriabine remontent au mois de décembre 1904. Le compositeur est alors en Suisse avec son épouse et ses enfants. Mais c'est à sa nouvelle bien-aimée, Tatiana, qu'il confie travailler sur un poème (en russe) : "Je viens d'écrire un monologue avec les couleurs les plus divines. A nouveau, je suis emporté par une énorme vague de créativité. J'en perds le souffle, mais, oh quelle joie ! Je crée comme un Dieu. J'élabore un nouveau style et, quelle satisfaction est-ce de voir qu'il se développe aussi bien. Son rythme même en éclaire le sens. Parfois, l'effet du poème est si puissant que tout développement s'avère inutile. J'exprime ce qui ne fera qu'un avec la musique. Je l'écris pour toi, joie de mon coeur." Depuis longtemps, Scriabine s'intéresse à la philosophie et il élabore sa propre conception de la vie. Comme nombre de poètes russes de cette époque, Scriabine considère l'art comme "une forme supérieure de connaissance, une intuition analogue à celle des mystiques, qui porte la promesse de révéler la véritable réalité et de procurer un passage vers un monde transcendantal, vers la divinité". A l'origine, avec son Poème de l'extase, Scriabine voulait écrire un véritable manifeste sur sa doctrine, puis le projet s'est transformé, il est devenu plus littéraire, jusqu'à aboutir à un véritable poème en vers irréguliers… Mais la vie personnelle de Scriabine lorsqu'il entame la composition du Poème de l'extase est bien compliquée. Il se sépare de sa femme en 1905 et il part vivre en Suisse, par ailleurs sa situation financière est assez précaire, en effet son éditeur, Bélaieff, est mort et il ne reçoit plus ses mensualités…

Un poème divin ?

Les origines du Poème de l'extase de Scriabine remontent au mois de décembre 1904.
Le compositeur est alors en Suisse avec son épouse et ses enfants, mais c'est à sa nouvelle bien-aimée, Tatiana, qu'il confie travailler sur un poème (en russe) : "Je viens d'écrire un monologue avec les couleurs les plus divines. A nouveau, je suis emporté par une énorme vague de créativité. J'en perds le souffle, mais, oh quelle joie ! Je crée comme un Dieu. J'élabore un nouveau style et, quelle satisfaction est-ce de voir qu'il se développe aussi bien. Son rythme même en éclaire le sens. Parfois, l'effet du poème est si puissant que tout développement s'avère inutile. J'exprime ce qui ne fera qu'un avec la musique. Je l'écris pour toi, joie de mon coeur."
 Depuis longtemps, Scriabine s'intéresse à la philosophie et il élabore sa propre conception de la vie. Comme nombre de poètes russes de cette époque, Scriabine considère l'art comme "une forme supérieure de connaissance, une intuition analogue à celle des mystiques, qui porte la promesse de révéler la véritable réalité et de procurer un passage vers un monde transcendantal, vers la divinité". A l'origine, avec son Poème de l'extase, Scriabine voulait écrire un véritable manifeste sur sa doctrine, puis le projet s'est transformé, il est devenu plus littéraire, jusqu'à aboutir à un véritable poème en vers irréguliers…
 Mais la vie personnelle de Scriabine lorsqu'il entame la composition du Poème de l'extase est bien compliquée. Il se sépare de sa femme en 1905 et il part vivre en Suisse, par ailleurs sa situation financière est assez précaire, en effet son éditeur, Bélaieff, est mort et il ne reçoit plus ses mensualités…

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Retrouvez toute l'actualité de Musicopolis sur notre page Facebook !

Programmation musicale

Alexandre Scriabine (1872-1915)
Poème de l'extase op 54 (1905-1907)
Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, direction Antal Dorati
RCO Live RCO 08005/7

Alexandre Scriabine (1872-1915)
Sonate n°5 op 53 en fa# majeur (1907)
Sviatoslav Richter, piano
Praga PR 254056

Alexandre Scriabine (1872-1915)
Poème de l'extase op 54 (1905-1907)
Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, direction Antal Dorati
RCO Live RCO 08005/7

Alexandre Scriabine (1872-1915)
Poème de l'extase op 54 (1905-1907)
Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, direction Antal Dorati
RCO Live RCO 08005/7

L'équipe de l'émission :