Musicopolis
Magazine
Jeudi 15 septembre 2016
28 min

Liszt en 1877 à Weimar, Rome et Budapest 4/5 : cours à Weimar et musique sacrée

Tout comme à Budapest, Franz Liszt insuffle toute sa passion dans l'enseignement qu'il donne aux étudiants de Weimar. Il continue dans le même temps de voyager pour donner des concerts à travers l'Allemagne.

Liszt en 1877 à Weimar, Rome et Budapest 4/5 : cours à Weimar et musique sacrée
Franz Liszt en mars 1886. Photo de Nadar.

Aujourd'hui...

... les cours de Franz List à Weimar sont à l'image de ceux qu'il donne à Budapest. Le compositeur ne donne pas spécialement d'instructions techniques, mais demande à ses élèves un interprétation convaincante.

"Que m'importe à quelle vitesse vous savez jouer vos octaves ? Ce que je veux entendre, c'est le petit galop des chevaux de la cavalerie polonaise, avant qu'ils ne rassemblent leurs forces pour écraser l'ennemi."

Ses élèves, passionnés par leur professeur, seront marqués par les cours du maître.

"On observait une absence totale de déploiement de virtuosité ou d'extrême dynamique, choses que l'on entend si souvent dans le jeu de grands pianistes virtuoses. Sans troubler la symétrie de l'équilibre rythmique, qui prêtait à son phrasé le charme lisztien, son mépris apparent de la mesure métrique était pour moi tout à fait caractéristique et extraordinaire.
Il avait fini. Tout le monde restait muet. Nous ne savions que dire ni que faire."

Franz Liszt répond avec dévouement lorsqu'il est réclamé. En particulier pour servir la cause religieuse. Profondément pieux, il écrit de nombreuses oeuvres sacrées qu'il dirige souvent à travers l'Allemagne.

Alors qu'il est à Weimar au printemps 1877, Liszt poursuit ses voyages pour assurer quelques concerts :
Hanovre, pour le rassemblement annuel de l'Association des musiciens allemands. Leipzig, pour entendre Karl Riedel diriger son oratorio Christus. Eisenach, pour sa Sainte Elisabeth. Iena, pour un grand concert annuel de musique religieuse, donné à la cathédrale...

La carte de ses déplacements

Programmation musicale

Franz Liszt (1811-1886)
La Légende de Sainte Elisabeth (1857-62) Première Partie. Introduction
Choeur de Budapest, Orchestre National hongrois, direction Arpad Joo
Hungaroton 12694/96-2

Frédéric Chopin (1810-1849)
Polonaise en la bémol majeur op 53 (1842)
Piotr Anderszewski, piano
Virgin Classics

Frédéric Chopin (1810-1849)
Etude en la bémol majeur op 25 n°1
Murray Perahia, piano
Sony SK 61885

Frédéric Chopin (1810-1849)
Etude en fa mineur op 25 n°2
Murray Perahia, piano
Sony SK 61885

Franz Liszt (1811-1886)
La Légende de Sainte Elisabeth (1857-62) Deuxième Partie. Margravine Sophie. Dialogue de la Margravine et du Sénéchal
Eva Farkas, Sophie, Istvan Gati, le Sénéchal, Orchestre National hongrois, direction Arpad Joo
Hungaroton 12694/96-2

Franz Liszt (1811-1886)
La Légende de Sainte Elisabeth (1857-62) Deuxième Partie. Margravine Sophie. L'Orage
Choeur de Budapest, Orchestre National hongrois, direction Arpad Joo
Hungaroton 12694/96-2

Franz Liszt (1811-1886)
Christus (1862-66) 10. Hosanna, benedictus qui venit in nomine Domini
EuropaChorAkademie, Jenaer Philharmonie, direction Joshard Daus
Glor Classics GC09271

Franz Liszt (1811-1886)
Cantico del sol di S Francesco, S760/R409
Bernd Weikl, baryton, Martin Haselbock, orgue
Capriccio

Franz Liszt (1811-1886)
Ave Maris stella, pour choeur d'hommes et orgue S. 34
The Sixteen, direction Harry Christophers
UMSM

Frédéric Chopin (1810-1849)
Sonate n°2 en si bémol mineur op 35 (1839) III. Marche funèbre
Martha Argerich, piano
DGG (avec les 24 Préludes)

Mily Balakirev (1837-1910) (orchestration Lyapounov)
Islamey (1869)
Orchestre du Théâtre Mariisnky de St Petersbourg, direction Valery Gergiev
Philips 470 840-2

Pour aller plus loin

Visite de la maison de Liszt à Weimar (en anglais) + Audio guide

Bibliographie

Alan Walker, Franz Liszt, Fayard, 1998, 2 volumes
Franz Liszt, Lettres à Cosima et à Daniela, présentées et annotées par Klara Hamburger, Mardaga, 1996
Franz Liszt, Correspondance, Lettres choisies, présentées et annotées par Pierre-Antoine Huré et Claude Knepper, Jean-Claude Lattès, 1987
Alfred Habets, Alexandre Borodine d'après la biographie et la correspondance publiées par M. Wladimir Stassoff, Fischbacher, 1893

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :