Musicopolis
Magazine
Mardi 16 juin 2020
25 min

Le voyage de Charles de Brosses en Italie 2ème chapitre

Nous avons commencé il y a quelques jours un voyage en Italie avec Charles de Brosses, ce jeune dijonnais parti visiter la péninsule avec quelques amis à la recherche de manuscrits de Salluste, l'historien romain. Parti de Dijon en mai 1739, nous le retrouvons aujourd'hui au mois d'août à Venise.

Le voyage de Charles de Brosses en Italie 2ème chapitre
Le canal Brenta de Padoue (1740-1743) par Canaletto (1697-1788), © Getty Images

Venise plus belle que Rome ? 

Dans un premier temps, la ville de Venise n'a pas étonné Charles de Brosses outre mesure. Quelques temps après son arrivée, il écrit à un ami : "A vous dire vrai, l'abord de cette ville ne me surprit pas autant que je m'y attendais. Cela ne me fit pas un autre effet que la vue d'une place située au bord de la mer, et l'entrée par le Grand Canal fut, à mon gré, celle de Lyon ou de Paris, par la rivière. Mais aussi quand on y est une fois, qu'on voit sortir de l'eau de tous côtés des palais, des églises, des rues, des villes entières ; enfin, de ne pouvoir faire un pas dans une ville sans avoir le pied dans la mer, c'est une chose, à mon gré, si surprenante, qu'aujourd'hui j'y suis moins fait que le premier jour, aussi bien qu'à voir cette ville ouverte de tous côtés, sans portes, sans fortifications et sans un seul soldat de garnison, imprenable par mer ainsi que par terre. En un mot, cette ville-ci est si singulière par sa disposition, ses façons, ses manières de vivre à faire crever de rire, la liberté qui y règne et la tranquillité qu'on y goûte, que je n'hésite pas à la regarder comme la seconde ville de l'Europe, et je doute que Rome me fasse revenir de ce sentiment."

Un détour à l'Ospedale della Pieta

Pour la musique instrumentale, à Venise, Charles de Brosses apprécie surtout l'Ospedale della Pieta, celui justement où Vivaldi a enseigné pendant de nombreuses années, et où il a formé des générations de musiciennes. Mais la plus grande violoniste à son goût n'est pas à la Pieta, selon lui, c'est "l'Anna-Maria  des Hospitalettes". "J'ai été assez heureux, écrit-il, pour entendre cette dernière, qui est si fantasque qu'à peine joue-t-elle une fois en un an."

Une halte à Padoue

Le 30 août 1739, Charles de Brosses quitte Venise, et "ses douces gondoles". Toujours avec sa petite troupe d'amis, il fait une étape à Padoue. Là, il faut s'arrêter pour écouter jouer le violoniste et compositeur Giuseppe Tartini. Selon de Brosses, ce dernier "passe communément pour le premier violon de l'Italie." Il précise d'ailleurs : "C'est tout ce que j'ai ouï de mieux pour l'extrême netteté des sons, dont on ne perd pas le plus petit, et pour la parfaite justesse."

Un voyageur sous le charme de Tartini

Charles de Brosses fait encore un commentaire sur Tartini qui vaut d'être cité (je le cite) : "Tartini raisonne comme un ange et sans partialité sur les différents mérites des musiques française et italienne". Oui, c'est que la grande affaire musicale depuis longtemps et encore en ce milieu de 18ème siècle, c'est comparer les particularités musicales française et italienne, et se mettre bien sûr dans un camp ou dans l'autre. Il s'en écrit des volumes entiers, volontiers polémiques, et qui débouchent sur de véritables querelles où s'affrontent à coup de pamphlets virulents les tenants de l'une ou de l'autre ! D'où la mention de Charles de Brosses à propos de Tartini, qui veut par là prouver qu'on peut rester calme sur le sujet, raisonner "comme un ange", et non comme un diable ! 

Programme musical

Benedetto Marcello (1686-1739)Concerto a 5 en mi mineur op 1 n°2 II. Vivace Riccardo Minasi, violon, Luca Peverini, violoncelle, Concerto Italiano, direction Rinaldo Alessandrini
Naïve OP 30301

Antonio Vivaldi (1678-1741)Concerto en ré mineur op 3 n°11 RV 565 (1711) III. Allegro Riccardo Minasi, violon, Luca Peverini, violoncelle, Concerto Italiano, direction Rinaldo Alessandrini
Naïve OP 30301

Antonio Vivaldi (1678-1741)Juditha triumphans RV 644 (1716) 1ère partie Air de Judith "Agitata infido flatu" Nathalie Stutzmann, contralto, Orfeo 55
DGG 476 4304 

Antonio Vivaldi (1678-1741)In furore iustissima irae RV 626  Lucy Crowe, soprano, La Nuova Musica, direction David Bates
Harmonia Mundi HMU807587

Antonio Vivaldi (1678-1741)Concerto en sol mineur RV 104 "La Notte" VI. Allegro Giuliano Carmignola, violon, Sonatori della Giocosa Marca
Erato 8573-80225-2

Giuseppe Tartini (1692-1770)Sonate en sol mineur B.G5 "Le trille du diable" II. Allegro Chiara Banchini (violon)Zig Zag Territoires 2008

Giuseppe Tartini (1692-1770)Concerto pour violon en Sol majeur D 78 III. Presto Carlo Chiarappa, violon et direction Accademia Bizantina
Denon CO-78969

Antonio Vandini (c. 1690 – c. 1773–78)Sonate pour violoncelle et basse continue en la mineur II. Allegro Gaetano Nasillo, violoncelle, Sara Bennici, violoncelle, Anna Fontana, clavecin
Arcana 327326

Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736)Il Prigioniero superbo (1733) Acte II. Sc 6. Air de Metacle "Trucidati a queste piante" Daniela Barcellona, mezzo-soprano, Concerto de' Cavalieri, direction Marcello De Lisa
Sony 88691965082

Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736)Adriano in Siria (1734) Acte I. Sc 16. Air de Farnaspe "Lieto così talvolta" Franco Fagioli, contreténor, Cappella Cracoviensis, direction Jan Tomasz Adamus
Decca 4830004

Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736)La Serva padrona (1733) Intermezzo 1. Air d'Uberto "Aspettare e non venire" Donato di Stefano, basse, La Petite Bande, direction Sigiswald Kuijken
Accent 10123

Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736)La Serva padrona (1733) Intermezzo 2. Duetto de Serpina et d'Uberto "Contento tu farai" Patrizia Biccire, soprano, Donato di Stefano, basse, La Petite Bande, direction Sigiswald Kuijken
Accent 10123

L'équipe de l'émission :