Musicopolis
Magazine
Vendredi 19 novembre 2021
24 min

La 7ème Symphonie de Bruckner, un long chemin jusqu'à Vienne

Dans cet épisode de Musicopolis, Anne-Charlotte Rémond raconte la genèse de la 7e Symphonie du compositeur autrichien Anton Bruckner (1824-1896).

La 7ème Symphonie de Bruckner, un long chemin jusqu'à Vienne
Anton Bruckner, persécuté par la critique (Eduard Hanslick, Max Kalbeck et Richard Heuberger)". Auteur : Wikimedia, © DP / Wikimedia

L'intransigeante critique Viennoise

Anton Brückner a dû attendre mars 1886 pour que l'une de ses symphonies soit jouée avec succès à Vienne.
C'est la 7ème, créée plus d'un an auparavant à Leipzig. On pourrait imaginer que le compositeur de 61 ans se réjouit de cette première, et pourtant même si le public l'ovationne, c'est avec angoisse qu'il attend les critiques, persuadé que son œuvre risque d'être démolie !

Dans la salle du Musikverein de Vienne le 21 mars 1886, à côté des élèves et jeunes amis de Bruckner, il y a un certain nombre de critiques de journaux locaux tout acquis au maître, et qui écoutent sa nouvelle symphonie avec beaucoup de bienveillance. Il y a également tout le public des concerts d'abonnement, qui n'a pas encore réussi à se faire une opinion sur les symphonies de Brückner, puisqu'on ne les a quasiment pas entendues dans la capitale impériale, et jamais dans d'aussi bonnes conditions. Cette fois-ci, sous la direction de Hans Richter, son chef, l'Orchestre Philharmonique est au mieux de sa forme… 
Le public du 21 mars 1886 fait un accueil extraordinaire à la 7ème Symphonie et le compositeur écrit à son ami Hermann Levi : "Richter s'est donné beaucoup de mal. La réception a été une jubilation indescriptible. Déjà après le premier mouvement, 5 ou 6 appels frénétiques pour le compositeur, et ainsi de suite, et après le finale, enthousiasme sans fin et tumultueux, rappels, couronne de laurier de la Société Wagner et banquet festif."  Mais cette symphonie n’est pas au goût de tous malgré son accueil triomphal, et très vite Brückner va être rattrapé par ses peurs vis-à-vis des critiques, et plus particulièrement celles d’un petit groupe viennois dominé par un certain Hanslick

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Programmation musicale

Anton Bruckner (1824-1896)
Symphonie n°7 (1881-1883) I. Allegro moderato
Orchestre Philharmonique de Munich, direction Eugen Jochum (enregistrement en concert le 8 novembre 1979 à Munich)
Weitblick SSS0089-2

Anton Bruckner (1824-1896)
Messe n°3 en fa mineur (1867-68) II. Gloria
Choeur et Orchestre de la Cathédrale de Mayence, direction Karsten Storck
Rondeau ROP6161

Anton Bruckner (1824-1896)
Symphonie n°7 (1881-1883) I. Allegro moderato
Orchestre Philharmonique de Munich, direction Eugen Jochum (enregistrement en concert le 8 novembre 1979 à Munich)
Weitblick SSS0089-2

Anton Bruckner (1824-1896)
Symphonie n°7 (1881-1883) II. Adagio
Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise, direction Karl Böhm (enregistrement en concert le 5 avril 1977)
AUDITE 95.494

Anton Bruckner (1824-1896)
Symphonie n°7 (1881-1883) III. Scherzo. Sehr Schnell - Trio
Orchestre Philharmonique de Vienne, direction Claudio Abbado
DGG 4375182

Anton Bruckner (1824-1896)
Symphonie n°7 (1881-1883) IV. Finale
Orchestre Philharmonique de Munich, direction Eugen Jochum (enregistrement en concert le 8 novembre 1979 à Munich)
Weitblick SSS0089-2

L'équipe de l'émission :