Musicopolis
Magazine
Lundi 31 août 2020
25 min

Long séjour à Madrid (Farinelli à la Cour d'Espagne 1737-1759)

Au XVIIIème siècle, Madrid est une toute petite capitale, comparée à Paris ou à Naples. Il est vrai que le roi n'y est pas souvent. Le reste du temps, la cour le suit d'une résidence à l'autre, ce qui ne favorise pas le développement de la cité madrilène. Jusqu'à l'arrivé d'un certain Farinelli...

Long séjour à Madrid (Farinelli à la Cour d'Espagne 1737-1759)
Farinelli (1705-1782) joue pour le roi Ferdinand VI d'Espagne, © Getty / Universal History Archive / Universal Images Group

Madrid, une capitale sans opéra

Réputée pour son pain, pour son eau et pour ses belles fontaines, Madrid offre au voyageur un vin savoureux. Un voyageur, en 1729, admire les petites églises et les couvents qui sont la richesse de Madrid. « Onboit du vin de la Manche qui est fort bon, d'un goût approchant de celui de Bourgogne, mais d'une délicatesse inférieure : c'est le vin dont boivent les Princes ; le Roi boit du vin de Bourgogne. »

Mais les rues de la capitale sont mal pavées, puantes, et pas le moindre opéra en vue. Madrid, au XVIIIème siècle, est une capitale pleine de contrastes, à l'instar de sa vie musicale : si le roi et la cour écoutent de l'opéra italien, le peuple s'abreuve de comédies publiques.

Farinelli à la cour du roi d'Espagne

La reine d'Espagne, née Elisabeth Farnese, épouse italienne de Philippe V d'Espagne, s'inquiète au sujet du tempérament mélancolique de son époux. Si la reine et ses ministres pallient à ses absences, une certaine présentation est nécessaire à l'exercice du pouvoir. Afin de calmer sa démence, la reine appelle un chanteur, un certain Carlo Broschi plus connu sous le nom de Farinelli...

En 1737, le chanteur à la voix de soprano arrive à la cour du roi d'Espagne. Chaque soir, Farinelli chante des airs pour le roi. Dans une lettre, il confie à un ami ses impressions sur sa nouvelle activité.

Depuis le premier jour que je suis arrivé, j'ai suivi cette même vie en chantant tous les soirs aux pieds des Souverains et l'on m'écoute comme si c'était le premier jour. Il me faut prier Dieu qu'il me conserve en bonne santé pour continuer cette vie ; je m'enfile tous les soirs huit ou neufs airs dans le corps ; il n'y a jamais de repos.

La consécration du chanteur 

Peu à peu, le chanteur se met à participer aux évènements qui rythment la vie de la cour, jusqu'à obtenir de la reine son approbation afin d'organiser des représentations d'opéras. Il retrouve son ami Domenico Scarlatti, qu'il connaît depuis 10 ans. Mais ce dernier travaille pour un couple que la reine déteste : Ferdinand, le Prince des Asturies, et son épouse Maria-Barbara. Farinelli est diplomate, et il parvient à fréquenter les soirées du Prince sans attirer les foudres de la reine.

En 1746, le Prince des Asturies devient roi à son tour. C'est la consécration de Farinelli dans son rôle de grand intendant de la musique. La vie musicale de la cour d'Espagne s'épanouit. Directeur artistique des théâtres de Buen Retiro et d'Aranjuez, il imagine des productions extravagantes. Pourtant, à la mort du roi en 1759, il sera prié de quitter l'Espagne, qu'il regrettera toujours.

Programmation musicale

Antonio Martin y Coll (mort après 1734)
Xacara, pour guitare, théorbe, clavecin et percussions
Forma Antica
WINTER & WINTER

Antonio Martin y Coll (mort après 1734)
La Folias, pour guitare, théorbe et clavecin
Forma Antica
WINTER & WINTER

Antonio Rosales
El Vizcaíno II. Coplas. Presto
Salvador Parrón, ténor, Ensemble Elyma, direction Gabriel Garrido
K617151

Nicola Porpora
Ezio (Venise, 1728) Acte I. Sc 9. Air de Valentiano "Se tu reggi al volo"
Franco Fagioli, contreténor, Academia Montis Regalis, direction Alessandro de Marchi
NAÏVE V 5369

Nicola Porpora
Polifemo (1735) Acte III. Sc 5. Air d'Acis "Alto Giove"
Simone Kermes, soprano, Magnifica Comunita, direction Isabella Longo
SONY 8869193952

Nicola Porpora
Semiramide reconosciuta (1729) Air de Mirtzo "Se pietoso il tuo labbro"
Philippe Jaroussky, contreténor, Venice Baroque Orchestra, direction Andrea Marcon
ERATO

Domenico Scarlatti (1685-1757)
Cantate Pur nel sonno almen tal ora. Air
Cyrille Gerstenhaber, soprano, XVIII-21 Musique des Lumières, direction Jean-Christophe Frisch
NAÏVE E 8673

Domenico Scarlatti (1685-1757)
Sonate K 492 en ré majeur. Presto
Nicolau de Figueiredo, clavecin d'Alan Gotto, 1989, d'après Michael Mietke (v.1710)
INTRADA INTRA025

Nicola Porpora (1686-1768)
Polifemo (1735) Acte II. Sc 5. Air d'Acis "Nell'attendere il mio bene"
Franco Fagioli, contreténor, Academia Montis Regalis, direction Alessandro de Marchi
NAÏVE V 5369

L'équipe de l'émission :