Musicopolis
Magazine
Mercredi 17 juin 2020
25 min

Emmanuel Chabrier en Espagne : le voyage de sa vie

Est-ce que nous n'avons pas, tous, en tête, le voyage de nos rêves ? Descendre l'Amazone en pirogue, parcourir en sandales la muraille de Chine, voir les cerisiers en fleurs au Pays du Soleil Levant… Pour Emmanuel Chabrier (1841-1894), depuis toujours, son rêve, c'est l'Espagne.

Emmanuel Chabrier en Espagne : le voyage de sa vie
Couverture de partition d'Espana (1883) de Waldteufel d'après l'oeuvre originale d'Emmanuel Chabrier, © Getty Images, © Getty Images

Un rêve d'enfance

Cette idée de voir l'Espagne remonte à l'enfance de Chabrier. Il est né à Ambert, en Auvergne, et ses premiers professeurs de musique étaient des réfugiés espagnols. Son père parlait la langue, et après tout Ambert est à peu près à égale distance de Paris et de la frontière espagnole. Mais le Sud attire davantage ! Enfin, il y a longtemps qu'en France, l'Espagne est à la mode chez les musiciens. 

Delibes, Lalo et Bizet sont passés par là ; au début des années 1880 on n'entend plus que de la musique espagnole à Paris, où vit Chabrier.  Des troupes espagnoles viennent s'installer pour une saison, on publie des recueils de chansons espagnoles. Beaucoup de Français rêvent de cet exotisme si proche, et ils font le voyage. Au point qu'à l'été 1882, notre Chabrier n'y tient plus, il va sauter le pas, et franchir les Pyrénées. 

Débarquement à San Sebastian

Emmanuel Chabrier arrive en Espagne à la fin du mois de juillet 1882. Il débarque à San Sebastian avec toute sa famille, son épouse Alice, ses deux garçons de 8 et 3 ans, et sa vieille nounou, affectueusement nommée Nanine. A cette époque, à 41 ans, Chabrier est encore un compositeur assez confidentiel. On a bien vu à Paris L'Etoile, un opéra-bouffe représenté en 1877, et Une éducation manquée (une représentation en 1879), on a pu entendre deux pièces pour orchestre aux concerts de la Société Nationale de Musique, on a pu écouter quelques mélodies et pièces pour piano dans les salons, mais enfin, ça n'est vraiment pas ce qu'on pourrait appeler la notoriété ! Chabrier travaille pourtant, il a en route un opéra depuis 3 ans, Gwendoline, qu'attendent avec impatience ses éditeurs, Enoch et Costallat. Et justement, c'est à eux qu'il va donner le plus de détails sur son voyage.

Des valises pleines de partitions

"La famille est arrivée hier sans encombres, écrit Chabrier à ses éditeurs. Peu à peu, on va prendre ses petites habitudes et d'ici huit jours nous ne serons plus de faux Espagnols. San Sebastian est du reste légèrement cosmopolite et la couleur locale y est fort atténuée ; néanmoins, ce n'est plus du tout la rue Rochechouart, et les environs de Paris n'ont qu'à bien se tenir. Qui est-ce qui a dit qu'il n'y avait plus de Pyrénées ? quelle est cette foutue bête ? j'en ai là devant mes fenêtres une tranche énorme ; c'est la toile de fond." "J'ai loué fort cher un maigre piano, et je me propose d'initier le maître de chapelle de la localité aux beautés non pareilles de laTétralogie, que j'ai fourrée au fond de ma malle, bien entendu. Je ne parle pas de Tristan qui fait partie du costume. Avez-vous vu Enoch ? Où en est la confection définitive de Gwendoline ?"

Programmation musicale

Tallejon, Torres, CasadoSe te logro el gusto (seguiriya)  Niña de los Peines, chant, Melchor de Marchena, guitare
Fandango FCD-6

Georges Bizet (1838-1875)Carmen (1875) Acte II. Trio "Les tringles des sistres tintaient" Raymonde Visconti, Carmen, Orchestre Symphonique de Paris, direction Elie Cohen
Divine Art 27809

Sebastian Yradier (1809-1865)La Paloma (vers 1863) Ninon Vallin, chant (enregistrée en 1934)
Music Memoria 30427

Emmanuel Chabrier (1841-1894)Gwendoline (1879-1885) Ouverture Orchestre National de France, direction Armin Jordan
Erato 0190295953539/2

Richard Wagner (1813-1883)La Chevauchée des Walkyries (arrangement Alexandre Guilmant) Georges Bessonnet, orgue
Syrius 141357

Emmanuel Chabrier (1841-1894)Suite de valses (1872) Valse n°3 Alexandre Tharaud, piano
Arion ARN 68430

Ruperto Chapí (1851-1909)La Revoltosa Duo "Por que de mis ojos los tuyos retiras" Angeles Chamorro, soprano, Carlo del Monte, ténor, Orchestre Symphonique de la Radio Télévision Espagnole, direction Igor Markevitch
EMI 432824-2

Malagueña de la Trini José Munoz "El Pena" (fils), chant, Pepe de Badajoz, guitare
Planet Records P 514 CD

Emmanuel Chabrier (1841-1894)Habanera (1885 pour la version piano - orchestration 1889) Orchestre de la Suisse romande, direction Ernest Ansermet
Decca 4826158

Emmanuel Chabrier (1841-1894)España (1883) Orchestre Symphonique de Detroit, direction Paul Paray
Praga PRD250346

L'équipe de l'émission :