Musicopolis
Magazine
Vendredi 9 septembre 2016
28 min

Borodine en 1887 à St-Petersbourg 5/5 : Retour sur sa carrière musicale

La fin de vie de Borodine lui donne l'occasion de revenir sur sa carrière. Il aura échangé au cours de sa vie de nombreuses lettres qui nous permettent aujourd'hui de connaître au fil du temps son état d'esprit.

Borodine en 1887 à St-Petersbourg 5/5 : Retour sur sa carrière musicale
Alexandre Borodine

Sujets développés

Borodine écrit Prince Igor, qu'il a beaucoup de mal à terminer à cause de son métier de scientifique. Depuis plus de 18 ans, il planche sur cette composition, alors que les modes changent en matière d'opéra, mais il se tient à sa vision qui privilégie le chant et la mélodie : il tient à mettre en avant les voix et à laisser l'orchestre au second plan.
Quelques mois avant sa mort, dans une lettre, Borodine revient sur les réussites qu'il a connues.

"J'ai été assez heureux dans cette carrière, surtout à l'étranger. Mes deux symphonies y ont obtenu un succès auquel j'étais loin de m'attendre."

Cette lettre est l'occasion pour lui d'effectuer une retrospective sur sa vie et de faire le bilan de ses différentes œuvres : il reconnaît sa passion pour les instruments, mais avoue ne pas être un instrumentiste virtuose.

Le 15 février 1887, Borodine organise un bal masqué. C'est ce jour qu'il meurt subitement, après une journée ordinaire. Le récit de sa mort est rapporté par une de ses élèves :

"Je le regardai attentivement et jamais je n'oublierai son regard fixé sur moi, un regard pitoyable, plein de détresse et de frayeur. Avant que je puisse m'écrier "Qu'avez-vous ?" il s'effondra de toute sa hauteur. Pachoutine se trouvait à côté, mais n'eut pas le temps de le retenir.
Mon Dieu quelle panique se produisit ! Quel cri échappa à tous ! Tout le monde se précipita vers lui et on s'efforça, à même le sol, de le ranimer. Peu à peu arrivèrent tous les médecins et les professeurs qui habitaient l'Académie. Presqu'une heure se passa en efforts pour essayer de le faire revenir à la vie. Tous les moyens furent tentés, mais rien ne réussit. Je n'oublierai jamais le désespoir d'un médecin, assis la tête entre les mains, et répétant qu'il ne pouvait se pardonner de ne pas avoir pratiqué une saignée dès la première minute.
Il gisait donc là, devant nous, et nous étions tous regroupés autour de lui, vêtus de nos costumes de bouffons et n'osant pas nous dire que tout était fini."

Programmation musicale

Alexandre Borodine (1833-1887)
Prince Igor (1869-87) Acte IV. n°29 Epilogue
Choeur et Orchestre du Kirov de St Petersbourg, direction Valery Gergiev
Philips 442 537-2

Alexandre Borodine (1833-1887)
Prince Igor (1869-87) Acte I. n°8 Air d'Igor
MIkhail Kit, baryton, Orchestre du Kirov de St Petersbourg, direction Valery Gergiev
Philips 442 537-2

Alexandre Borodine (1833-1887)
Prince Igor (1869-87) Acte I. n°2 Choeur des jeunes filles polovtsiennes
Tatiana Novikova, soprano, Choeur et Orchestre du Kirov de St Petersbourg, direction Valery Gergiev
Philips 442 537-2

Alexandre Borodine (1833-1887)
Prince Igor (1869-87) Acte I. n°7 Duo Konchakovna, Vladimir Igorievitch
Olga Borodina, contralto, Gegam Grigorian, ténor, Orchestre du Kirov de St Petersbourg, direction Valery Gergiev
Philips 442 537-2

Alexandre Borodine (1833-1887)
Symphonie n°2 (1869-76) II. Scherzo
Berliner Philharmoniker, direction Sir Simon Rattle
EMI 5 17582 2

Alexandre Borodine (1833-1887)
Quatuor n°1 (1879) I. Moderato
Quatuor de Sofia
Gega GD 127

Alexandre Borodine (1833-1887)
Sonate pour violoncelle et piano (1860) I. Allegro
Jaromir Klepac, piano, Michal Kanka, violoncelle
Praga PRD/DSD 250282

Alexandre Borodine (1833-1887)
Dans les steppes de l'Asie Centrale (1880)
Anima Eterna, direction Jos van Immerseel
Zig Zag territoires ZZT050502

Pour aller plus loin

...

Bibliographie

André Lischke, Alexandre Borodine, Bleu Nuit éditeur, 2004
Alfred Habets, Alexandre Borodine, d'après la biographie et la correspondance publiées par M. Vladimir Stassoff, Paris Librairie Fischbacher, 1893

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :