Musicopolis
Magazine
Vendredi 11 octobre 2019
24 min

1951, Strasbourg : Création du Stabat Mater de Francis Poulenc

Fin août 1950, Francis Poulenc compose les premières notes de son "Stabat Mater" qu'il a dédié à la mémoire de son ami Christian Bérard. Dans Musicopolis, Anne-Charlotte Rémond vous dit tout de cette oeuvre, de sa genèse jusqu'à sa création !

1951, Strasbourg : Création du Stabat Mater de Francis Poulenc
Stabat Mater de Francis Poulenc / Musicopolis, © Getty / DanBrandenburg

"Je cache cette oeuvre à tout le monde pour voir leurs trombines quand ils entendront ces 45 minutes de choeur et de grand orchestre que Bernac considère comme ma meilleure oeuvre."

On connaît la destination du Stabat Mater de Poulenc par de nombreux extraits de sa correspondance, et par la série d'entretiens qu'il a réalisés en 1953 avec Claude Rostand. Celui-ci lui demande s'il y avait une intention pieuse dans la composition de l'oeuvre. "Oui, répond Poulenc. Dès la mort de Christian Bérard, je décidai d'écrire à sa mémoire une oeuvre religieuse. J'avais d'abord songé à un Requiem mais je trouvais cela trop pompeux. C'est alors que j'eus l'idée d'une prière intercessionnelle, et que le texte bouleversant du Stabat me parut tout indiqué pour confier à Notre-Dame de Rocamadour l'âme du cher Bérard."

"Si vous saviez comme c'est doux de se sentir soutenu par une inspiration religieuse…".

Pourquoi Notre-Dame de Rocamadour ? La réponse se trouve en 1936, après des années durant lesquelles Poulenc s'est détourné de la religion, durant lesquelles il a subi de nombreux deuils, durant lesquelles, après la révélation de son homosexualité, il a vécu des moments très durs. Cet été-là, il se rend avec des amis à Rocamadour, petit village du Lot. Là, dans la chapelle très simple en partie construite dans le roc, qui conserve la petite statue dite Vierge noire de Rocamadour, réputée pour ses miracles, il est saisi par la spiritualité du lieu, et il se retourne vers la prière. Il met en musique les Litanies très humbles chantées pour prier la Vierge. Désormais, Poulenc va retrouver une foi dont il dit "Si vous saviez comme c'est doux de se sentir soutenu par une inspiration religieuse…".

Le 5 octobre 1950, Poulenc écrit à Henri Sauguet "Je viens de travailler comme un fou. J'ai fini le Stabat avant-hier. Il me reste à l'orchestrer. C'est inouï d'avoir écrit 35 minutes de musique en 2 mois." Et à Pierre Bernac, il précise " Le Stabat est fini, fini. Je l'ai fini sur mes nerfs. C'est bien parce que profondément authentique."
Le 6 mars 1951, il prévient Darius Milhaud : "Je cache cette oeuvre à tout le monde pour voir leurs trombines quand ils entendront ces 45 minutes de choeur et de grand orchestre que Bernac considère comme ma meilleure oeuvre."

Programmation musicale 

Francis Poulenc (1899-1963)
Stabat Mater (1950) I. Stabat Mater dolorosa
Choeur de St Guillaume, Orchestre Municipal de Strasbourg, direction Fritz Munch  
INA Mémoire vive IMV092    

Francis Poulenc (1899-1963)
Stabat Mater (1950) II. Cujus animam
Choeurs René Duclos, Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, direction Georges Prêtre  
EMI 5668422    

Francis Poulenc (1899-1963)
Les Biches FP 36 Adagietto
Francis Poulenc, piano  
LYS 495    

Francis Poulenc (1899-1963)
Litanies à la Vierge noire (1936)
Maîtrise de Notre-Dame de Paris, Yves Castagnet, orgue, Lionel Sow, direction  
Hortus 056    

Francis Poulenc (1899-1963)
Stabat Mater (1950) III. O Quamtristis
Choeurs René Duclos, Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, direction Georges Prêtre  
EMI 5668422    

Francis Poulenc (1899-1963)
Stabat Mater (1950) IV. Quaemorebat
Choeurs René Duclos, Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, direction Georges Prêtre  
EMI 5668422    

Francis Poulenc (1899-1963)
Stabat Mater (1950) V. Qui est homo
Choeurs René Duclos, Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, direction Georges Prêtre  
EMI 5668422    

Francis Poulenc (1899-1963)
Stabat Mater (1950) VI. Viditsuum
Geneviève Moizan, soprano, Choeur de St Guillaume, Orchestre Municipal de Strasbourg, direction Fritz Munch  
INA Mémoire vive IMV092    

Francis Poulenc (1899-1963)
Stabat Mater (1950) VI. Viditsuum
Régine Crespin, soprano, Choeurs René Duclos, Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, direction Georges Prêtre  
EMI 5668422    

Francis Poulenc (1899-1963)
Stabat Mater (1950) IX. Sancta mater
BBC Singers, BBC Philharmonic, direction Ian Pascal Tortelier  
Chandos CHAN 9341    

Francis Poulenc (1899-1963)
Stabat Mater (1950) X. Fac ut portem
Régine Crespin, soprano, Choeurs René Duclos, Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, direction Georges Prêtre  
EMI 5668422    

Francis Poulenc (1899-1963)
Stabat Mater (1950) XI. Inflammatus et ascensus
Choeurs René Duclos, Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, direction Georges Prêtre  
EMI 5668422    

Francis Poulenc (1899-1963)
Stabat Mater (1950) XII. Quando corpus
Régine Crespin, soprano, Choeurs René Duclos, Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, direction Georges Prêtre  
EMI 5668422 

L'équipe de l'émission :