Musicopolis
Magazine
Mardi 11 juin 2019
25 min

1947, Maurice Duruflé : Première audition de son ''Requiem''

Anne-Charlotte Rémond se penche aujourd’hui le ''Requiem'' de Maurice Duruflé, créé Salle Gaveau et sur les ondes de la radio, le 2 novembre 1947, par l’Orchestre et le Chœur de la Radiodiffusion Française.

1947, Maurice Duruflé : Première audition de son ''Requiem''
Maurice Duruflé, Requiem / Musicopolis , © Getty / WIN-Initiative/Neleman

"Ce Requiem n'est pas un ouvrage éthéré qui chante le détachement des soucis terrestres. Il reflète l'angoisse de l'homme devant le mystère de sa fin dernière…Il tend à traduire les sentiments humains devant leur terrifiante, inexplicable ou consolante destinée."Maurice Duruflé

Bonus web

Musicopolis vous offre en exclusivité web, l'écoute intégrale duRequiemde Maurice Duruflé enregistré Salle Gaveau,  le 2 novembre 1947 :
Chœurs de la Radiodiffusion Française, dir. Yvonne Gouverné
Orchestre National de la RDF, dir.Roger Désormière
Henriette Roget, orgue

À ÉCOUTER

Maurice Duruflé, Requiem / Archive INA 1974

"Parce qu'il est organiste — ce qui est une tare ineffaçable —" écrit Clarendon dans Le Soir quelques jours après la création, "on ne sait pas assez que Duruflé est un compositeur merveilleusement doué. Il écrit peu, mais il ne signe que des pages de premier ordre, où se témoignent un métier scrupuleux et une sensibilité exquise. Il est le Fauré de l'orgue."

''Le surnom de "grégorianisant voluptueux" que Reynaldo Hahn avait donné à Fauré, Duruflé le mérite aussi."

"Au moment d'écrire un Requiem, son premier soin a été de s'éloigner au maximum du modèle inimitable et décourageant que le Requiem de Fauré propose aux compositeurs. Il n'en a retenu que l'ambiance grégorienne ; ou plutôt, il a, comme Fauré, mais tout autrement, tenté et réussi un savoureux compromis entre l'austérité des lignes du plain-chant et la discrète volupté d'une harmonisation moderne. Un accord de septième bien placé fléchit la rigueur de la monotonie grégorienne, et donne l'illusion d'une rose qui fleurit soudain sur une branche dépouillée. Le surnom de "grégorianisant voluptueux" que Reynaldo Hahn avait donné à Fauré, Duruflé le mérite aussi."

''Depuis longtemps, j'étais séduit par l'incomparable beauté des thèmes grégoriens contenus dans la messe des morts''

Interrogé sur ce qui l'a amené à composer son Requiem, Maurice Duruflé déclare : "Depuis longtemps, j'étais séduit par l'incomparable beauté des thèmes grégoriens contenus dans la messe des morts. J'avais tout d'abord formé le projet d'écrire sur ces thèmes une Suite pour orgue dont chaque pièce aurait pu s'adapter aux différentes phrases de l'office liturgique. Après en avoir terminé deux, il m'a semblé qu'il était difficile de séparer les paroles latines du texte grégorien auquel elles sont si intimement liées. C'est alors que la Suite pour orgue s'est transformée en une chose plus importante et qui appelait naturellement les choeurs et l'orchestre. Voilà comment j'ai été amené à écrire cette oeuvre."

Programmation musicale 

Maurice Duruflé (1902-1986)
Requiem (1947) I. Introït
Henriette Roget, orgue, Choeurs de la Radiodiffusion Française (chef de choeur Yvonne Gouverné), Orchestre National de la RDF, direction Roger Désormière
(Archive INA 2 novembre 1947)   

Maurice Duruflé (1902-1986)
Requiem (1947) II. Kyrie
Ensemble vocal Michel Piquemal, Orchestre de la Cité, direction Michel Piquemal
Naxos 8.550691   

Anonyme grégorien
Messe des morts. Kyrie (6ème mode)
Moines de l'Abbaye de St Pierre de Solesmes, direction Dom Jean Claire
SM S823   

Maurice Duruflé (1902-1986)
Requiem (1947) II. Kyrie
Ensemble vocal Michel Piquemal
Orchestre de la Cité, direction Michel Piquemal
Naxos 8.550691   

Maurice Duruflé (1902-1986)
Requiem (1947) III. Domine Jesu Christe
Didier Henry, baryton, Ensemble vocal Michel Piquemal
Orchestre de la Cité, direction Michel Piquemal
Naxos 8.550691   

Maurice Duruflé (1902-1986)
Requiem (1947) IV. Sanctus
Choeur et Orchestre Philharmonique de Varsovie, direction Paweł Kapuła
(Enreg non commercialisé)   

Maurice Duruflé (1902-1986)
Requiem (1947) VII. Lux Aeterna
Choeur et Orchestre Philharmonique de Varsovie, direction Paweł Kapuła
(Enreg non commercialisé)   

Maurice Duruflé (1902-1986)
Requiem (1947) V. Pie Jesu
Béatrice Uria-Monzon, Orchestre de la Cité, direction Michel Piquemal
Naxos 8.550691   

Maurice Duruflé (1902-1986)
Requiem (1947) VIII. Libera me
Choeur et Orchestre Philharmonique de Varsovie, direction Paweł Kapuła  
(Enreg non commercialisé)   

Maurice Duruflé (1902-1986)
Requiem (1947) IX. In Paradisum
Ensemble vocal Michel Piquemal
 Orchestre de la Cité, direction Michel Piquemal
Naxos 8.550691
 

L'équipe de l'émission :