Musicopolis
Magazine
Mercredi 18 décembre 2019
25 min

1940, Dresde : Les Carmina Burana de Carl Orff

Anne-Charlotte Rémond se penche sur une des musiques les plus problématiques de l'histoire : Les « Carmina Burana » (1936) du munichois Carl Orff (1895-1982). Les Carmina Burana ? Œuvre de révolte ou de propagande ? Musicopolis tente de lever le voile...

1940, Dresde : Les Carmina Burana de Carl Orff
Les Jeux Olympiques de Berlin de 1936., © Faulbaum/ullstein bild via Getty Images

La création des Carmina Burana de Carl Orff a lieu en 1937. Orff a un peu peur que ses "Chansons bavaroises" soient jugés pas assez allemandes par les autorités, mais le succès est grand et selon lui, 90% des critiques sont favorables. Seul un certain Gerigk reproche à l'oeuvre "toute une série de problèmes", notamment "le retour à des éléments primitifs" et des "formules rythmiques jazzy". Critiques suffisantes pour empêcher certains chefs de se lancer dans l'aventure, mais cependant dès l'année suivante, le parcours de l'oeuvre reprend et sa "success story" ne s'arrêtera plus...

A la mort de Carl Orff, certains historiens comme Jens Malte Fischer mettent en doute ce discours résistant et soulignent la compromission du compositeur avec le régime nazi.

Cette cantate, qui a inspiré le groupe vocal Era ou qui figure au générique du Grand Échiquier de Jacques Chancel, a toujours été présentée par Carl Orff et sa femme, Gertrud Orff, comme un symbole antinazi, une œuvre universaliste voire humaniste. 

A la mort de Carl Orff, certains historiens comme Jens Malte Fischer mettent en doute ce discours résistant et soulignent la compromission du compositeur avec le régime nazi. Pire, sa cantate, inspirée de chants profanes du Moyen-Âge aurait servi, selon George Steiner, de propagande du IIIe Reich. Aujourd'hui encore, le site officiel du compositeur ne dit rien de ce passé trouble et l'œuvre continue d'être jouée très régulièrement...

Carmina Burana en concert

Le Chœur de Radio France donnera cette œuvre sous la direction de Martina Batič avec l’ensemble slovène de percussions SToP

Programmation musicale

Carl Orff (1895-1982)
Carmina Burana (1936) I. O Fortuna
Chœur et Orchestre symphonique de la Radio de Cologne, direction Wolfgang Sawallisch
EMI

Carl Orff (1895-1982)
Carmina Burana (1936) I. O Fortune plango vulnera
Chœur et Orchestre symphonique de la Radio de Cologne, direction Wolfgang Sawallisch
EMI

Carl Orff (1895-1982)
Carmina Burana (1936) III. Veris leta facies
Chœur et Orchestre symphonique de la Radio de Cologne, direction Wolfgang Sawallisch
EMI

Carl Orff (1895-1982)
Carmina Burana (1936) XIV. In taberna quando sumus
Choeur et Orchestre symphonique de la Radio de Cologne, direction Wolfgang Sawallisch
EMI

Carl Orff (1895-1982)
Carmina Burana (1936) IV. Omnia sol temperat
Marcel Cordes, baryton, Orchestre symphonique de la Radio de Cologne, direction Wolfgang Sawallisch
EMI

Carl Orff (1895-1982)
Carmina Burana (1936) XIX. Si puer cum puellula
Marcel Cordes, baryton, Choeur et Orchestre symphonique de la Radio de Cologne, direction Wolfgang Sawallisch
EMI

Carl Orff (1895-1982)
Carmina Burana (1936) XV. Amor volat undique
Chœur et Orchestre symphonique de la Radio de Cologne, direction Wolfgang Sawallisch
EMI

Carl Orff (1895-1982)
Carmina Burana (1936) XXII. Tempus est iocundum
Marcel Cordes, baryton, Chœur et Orchestre symphonique de la Radio de Cologne, direction Wolfgang Sawallisch
EMI

Carl Orff (1895-1982)
Carmina Burana (1936) XXIII. Dulcissime et XXIV. Ave formosissima
Agnes Giebel, soprano, Choeur et Orchestre symphonique de la Radio de Cologne, direction Wolfgang Sawallisch
EMI

Carl Orff (1895-1982)
Carmina Burana (1936) XXV. O Fortuna
Chœur et Orchestre symphonique de la Radio de Cologne, direction Wolfgang Sawallisch (1ère version "autorisée" supervisée par Orff, enregistrée en 1956)
EMI

L'équipe de l'émission :