Musicopolis
Magazine
Lundi 26 août 2019
24 min

1924, Sergeï Prokofiev : Création du Concerto pour piano n°2

Après une création scandaleuse en 1913 à Pavslovsk en Russie, Prokofiev retravaille sa partition qu'il interprète en première audition à Paris le 8 mai 1924. Serge Koussevitsky dirige l'Orchestre de Paris, les critiques sont venus nombreux mais l'accueil est mitigé.

1924, Sergeï Prokofiev : Création du Concerto pour piano n°2
Café à Paris la nuit, (1936) Constantin Korovine (1861-1939). , © Fine Art Images/Heritage Images/Getty Images

"On sait quel virtuose incomparable est M. Prokofiev, il fait corps avec son instrument, il court le clavier, bondit, ne rate pas une note, c'est une merveille de précision et de mécanisme. Ajoutons qu'il n'y a pas que cela et qu'on sent M. Prokofiev profondément musicien." Le Ménestrel (1924)

Prokofiev au piano à Prague en 1940
Prokofiev au piano à Prague en 1940, © Fotosearch / Intermittent

Voici des semaines que le compositeur et pianiste note ses progrès sur l'apprentissage de son Deuxième Concerto. Enfin le grand jour arrive. C'est Serge Koussevitsky qui dirige l'Orchestre de l'Opéra de Paris. Si la deuxième partie sera constituée seulement des Tableaux d'une exposition de Moussorgski dans l'orchestration de Maurice Ravel, la première partie est fort longue. Symphonie funèbre de Locatelli, Suite de l'Amour sorcer de Falla, Légende d'Alexandre Tansman, et deux créations: Pacific 231 d'Honegger, et juste avant l'entracte, le monumental Concerto de Prokofiev, joué par lui-même. 

Alors qu'il travaille à son Concerto pour piano n°2 en 1913, à 22 ans, Prokofiev reçoit une lettre de son ami Max, le pianiste Maximilen Schmithof, "Mon cher Serioja, ce court billet pour t'annoncer la dernière nouvelle, je me suis tiré un coup de pétard, les raisons de cet acte sont sans importance".  Ils sont amis intimes depuis plusieurs années et c'es évidemment une terrible nouvelle pour Prokofiev, qui va lui dédier son Concerto. Plus tard, en évoquant leur amitié le compositer écrit à la soeur de Max : "A cette époque, je n'étais pas moi-même mais seulement la moitié de moi, l'autre moitié c'était Max. son influence sur moi était énorme."

Le Concerto n°2 de Prokofiev en concert le 20 septembre 2019 à l'auditorium de Radio France

Auditorium de la Maison de la radio - Architecte : AS Architecture Studio. Photo : G.F. Bergeret
Auditorium de la Maison de la radio - Architecte : AS Architecture Studio. Photo : G.F. Bergeret

Vendredi 20 Septembre 2019 20h - Auditorium de Radio France

Igor Stravinsky
Quatre chants paysans russes
Serge Prokofiev
Concerto pour piano et orchestre n°2
Claude Debussy
La Damoiselle élue
Maurice Ravel
Boléro

Melody Louledjian soprano
Emmanuela Pascu mezzo-soprano
Nicolaï Lugansky piano
Maîtrise de Radio France
Sofi Jeannin chef de chœur
Orchestre Philharmonique de Radio France
Mikko Franck direction

Programmation musicale 

Serge Prokofiev (1891-1953)
Concerto pour piano n°2 op 16 (1913-1923) I. Andantino. Allegretto
Yakov Zak, piano
PRAGA PRD 350 054

Serge Prokofiev (1891-1953)
Concerto pour piano n°2 op 16 (1913-1923) II. Scherzo. Vivace Yuja Wang, piano, Orchestre Symphonique Simon Bolivar, direction Gustavo Dudamel
DGG 479 1304

Serge Prokofiev (1891-1953)
Concerto pour piano n°2 op 16 (1913-1923) III. Intermezzo Yuja Wang, piano, Orchestre Symphonique Simon Bolivar, direction Gustavo Dudamel
DGG 479 1304

Serge Prokofiev (1891-1953)
Concerto pour piano n°2 op 16 (1913-1923) IV. Finale Yuja Wang, piano, Orchestre Symphonique Simon Bolivar, direction Gustavo Dudamel
DGG 479 1304

L'équipe de l'émission :