Musicopolis
Magazine
Jeudi 27 juin 2019
25 min

1924, Jean Wiéner : Création de son Concerto franco-américain

Musicopolis prend la direction du Paris des ''années folles'', pour la première audition du ''Concerto franco-américain'' de Jean Wiéner, qui fit grand bruit le 25 octobre 1924 ! En explorant archives et témoignages, Anne-Charlotte Rémond nous raconte la genèse de cette oeuvre...

1924, Jean Wiéner : Création de son Concerto franco-américain
1924, Jean Wiéner : Création de son Concerto franco-américain / Musicopolis , © Getty / Bettmann

''Bien sûr, ce n'est pas un chef-d'oeuvre, écrit Jean Wiéner à propos de son concerto, mais je crois qu'on peut difficilement aller plus loin, et dans la gaieté, et dans l'heureux mélange de la forme grand-classique et de l'écriture négro-américaine''

La composition du Concerto franco-américain remonte à 1923. L'oeuvre doit la vie à une commande de la Princesse de Polignac, "Tante Winnie" comme on l'appelle alors. Dans ses Mémoires, intitulées Allegro appassionato, Jean Wiéner s'en souvient avec beaucoup de gratitude. Et il raconte avec humour :
"Cette dame, qui disposait d'une fortune inépuisable — sa famille était propriétaire de l'énorme fabrique de machines à coudre américaines Singer —, organisait dans son palais de l'avenue Henri-Martin des soirées de musique et y invitait le Tout-Paris. .A longueur d'années, elle envoyait un valet porter à un jeune compositeur, généralement pauvre, une lettre par laquelle elle le conviait à composer un concerto pour clarinette ou une sonate pour piano et violon, ou toute autre composition susceptible d'être jouée telle soirée. Toutefois, elle exigeait une réponse immédiate, comme s'il s'agissait d'une urgence, comme elle eût demandé qu'on vînt lui mettre des ventouses en pleine nuit. Si la réponse était positive, et elle l'était presque toujours, la princesse envoyait sa secrétaire dès le lendemain chez le musicien, porteuse d'un chèque qui débarrassait l'artiste de tout souci d'argent pour quelques mois. A la date fixée, toujours selon le même protocole, le concert avait lieu."

"C'est irrésistible ! J'espère qu'enfin le public va rire pendant le final !"

"Entre deux concerts'', raconte Jean Wiéner dans ses Mémoires, ''j'achevais d'écrire mon Concerto franco-américain pour piano et orchestre à cordes. J'avais décidé, le piano étant assez percutant et presque un peu "façon trompette", d'utiliser les cordes seules, comme accompagnement. Bien sûr, ce n'est pas un chef-d'oeuvre, mais je crois qu'on peut difficilement aller plus loin, et dans la gaieté, et dans l'heureux mélange de la forme grand-classique et de l'écriture négro-américaine. J'allai le jouer à Rhené-Baton, le chef de l'orchestre Pasdeloup, qui accepta avec joie de le donner dans un de ses prochains programmes. Il ne cessait de répéter : "C'est irrésistible ! J'espère qu'enfin le public va rire pendant le final !"

La première audition du Concerto franco-américain, le 25 octobre 1924, fait beaucoup de bruit. Certains apprécient la vivacité, "l'amusante fantaisie" de l'auteur, "la franchise rythmique, la netteté et la bonne humeur" de la pièce. Certains n'ont pas compris, trouvant peu raisonnable ce  "salmis de "blues", relevé de quelques rythmes de valses ou de polkas et assaisonné à la Bach, voire à la Saint-Saëns". Un mélange qui fait frémir les tenants de la "grande musique"...

Archives parlées

Extraits d'entretiens avec Jean Wiéner :

 Portrait d'un musicien français, par Myriam Soumagnac (INA 1978)
Témoignages, par Madeleine Milhaud (INA 1952)

Programmation musicale 

Jean Wiéner (1896-1982)
Concerto franco-américain (1923) I. Décidé
Jean Wiéner, piano
Orchestre des Solistes de Paris, dir. Henri-Claude Fantapié  
SFP AF2    

Igor Stravinsky (1882-1971)
Rag-Time pour 11 instruments (1918)
Roland Charmy, violon, Emile Godeau, clarinette
Eugène Foveau, trompette, Aladar Racz, cymbalum
direction Igor Stravinsky (enregistré à Paris en juillet 1934)
Vogue 665002   

Georges Gershwin (1898-19376)
The Man I love (arrangement Wiéner et Doucet)
Jean Wiéner, Clément Doucet, pianos
EMI 5864802   

Jean Wiéner (1896-1982)
Concerto franco-américain (1923) II. Ballade
Danielle Laval, piano
Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, direction Pascal Verrot
Naïve V 4979   

Jean Wiéner (1896-1982)
Concerto franco-américain (1923) II. Ballade
Jean Wiéner, piano
Orchestre des Solistes de Paris, dir. Henri-Claude Fantapié  
SFP AF2    

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Choral "Jesu bleibet meine Freude" BWV 147 Jésus que ma joie demeure
Jean Wiéner, piano
BAM 5 864   

Jean Wiéner (1896-1982)
Concerto franco-américain (1923) III. Final
Jean Wiéner, piano
Orchestre des Solistes de Paris, dir. Henri-Claude Fantapié  
SFP AF2 

L'équipe de l'émission :