Musicopolis
Magazine
Mercredi 17 avril 2019
25 min

1913, Claude Debussy : Création de "Jeux"

Sur un scénario imaginé par le chorégraphe Vaslav Nijinski, Claude Debussy compose la musique du ballet ''Jeux'', à l’affiche de la saison des Ballets Russes le 15 mai 1913. Anne-Charlotte Rémond vous dit tout, de la genèse de l’œuvre jusqu’à sa création !

1913, Claude Debussy : Création de "Jeux"
Illustration de Dorothy Mullock (1888-1973) dans “L’art de Ninjinsky” de Geoffrey Arundel Whitworth (1913) (DP) / Musicopolis- 1913, Claude Debussy : Création de "Jeux"

"Dans un parc au crépuscule, une balle de tennis s'est égarée ; un jeune homme et deux jeunes filles s'empressent à la rechercher...."

C'est cours d'un déjeuner avec Diaghilev et Nijinsky, en 1912, que le directeur des Ballets Russes a passé commande à Claude Debussy d'un nouveau ballet pour la saison 1913. Il avait apparemment apprécié la chorégraphie de Nijinsky sur le Prélude à l'après-midi d'un faune qui venait de provoquer un petit scandale à Paris.
Debussy, contrairement à Diaghilev, le directeur des Ballet Russes, n'avait pas aimé la chorégraphie de Nijinsky pour le Prélude à l'après-midi d'un faune, jugeant qu'elle était "anguleuse et grotesque" et ne correspondait en rien à sa musique ondoyante et berceuse, où "abondent les lignes courbes" ! Mais il accepte néanmoins de travailler à nouveau avec le chorégraphe.

Vaslav Nijinsky,  Tamara Karsavina et Ludmilla Schollar en tenue de scène pour « Jeux » (1913) / photographie de Charles Gerschel (1871-1948) © BnF / Gallica
Vaslav Nijinsky, Tamara Karsavina et Ludmilla Schollar en tenue de scène pour « Jeux » (1913) / photographie de Charles Gerschel (1871-1948) © BnF / Gallica

Le scénario du ballet, sur lequel Debussy a composé sa musique, est ainsi rédigé : "Dans un parc au crépuscule, une balle de tennis s'est égarée ; un jeune homme et deux jeunes filles s'empressent à la rechercher. La lumière artificielle des grands lampadaires électriques qui répand autour d'eux une lueur fantastique leur donne l'idée de jeux enfantins : on se cherche, on se perd, on se poursuit, on se querelle, on se boude sans raison ; la nuit est tiède ; le ciel baigné de douce clarté, on s'embrasse. Mais le charme puéril est rompu par une balle de tennis jetée par on ne sait quelle main malicieuse. Surpris et effrayés, les enfants disparaissent dans les profondeurs du parc nocturne."

"Nijinsky a péché contre Debussy. Sa traduction de " Jeux " fut une trahison"

Enfin le 15 mai arrive, c'est la première de Jeux, sous "l'excellente direction" de Pierre Monteux, et dans la chorégraphie de Nijinsky. Les critiques sont à peu près unanimes pour dire que les mouvements stylisés du russe ne conviennent pas à la musique.
Emile Vuillermoz écrit dans la Revue Musicale  :   "Nijinsky a péché contre Debussy. Sa traduction de " Jeux " fut une trahison. En présence de la partition la plus délicieusement frémissante et bondissante qui ait jamais été offerte à un chorégraphe, dans le vol des écharpes sonores les plus souples et les plus soyeuses qu'ait jamais déroulées un musicien, devant un orchestre que l'on entend sourdre aux pieds des danseurs avec un frais gazouillement de source, le metteur en scène n'a pas perdu un seul instant son coupable sang-froid de théoricien. Nijinsky a méthodiquement appliqué sa technique brevetée à cette nouvelle partition sans daigner écouter les supplications désespérée de la musique monter du souterrain où on la tient captive."

Debussy lui non plus n'a pas aimé la chorégraphie de son ballet. A son ami Robert Godet, il écrit qu'il "range parmi les événements inutiles, la représentation de « Jeux » où le génie pervers de Nijinsky s'est ingénié à de spéciales mathématiques ! Cet homme additionne les triples croches avec ses pieds, fait la preuve avec ses bras, puis, subitement frappé d'hémiplégie, il regarde passer la musique d'un oeil mauvais.Il paraît que cela s'appelle la "stylisation du geste"… "

Programmation musicale

Claude Debussy (1862-1918)
Jeux (1912-13)
Orchestre Les Siècles, direction François-Xavier Roth
Harmonia Mundi 905291DI   

Claude Debussy (1862-1918)
Prélude à l'après-midi d'un faune (1891-94)
Orchestre Les Siècles, direction François-Xavier Roth
Harmonia Mundi 905291DI   

Claude Debussy (1862-1918)
Jeux. Version pour piano (1912)
Sc 1. Du fond, à gauche, apparaissent deux jeunes filles craintives et curieuses.  
Pendant un moment, elles semblent ne chercher qu'un endroit favorable aux confidences.
Jean-Efflam Bavouzet, piano
Chandos CHAN 10545   

Claude Debussy (1862-1918)
Jeux (1912-13)
Orchestre Les Siècles, direction François-Xavier Roth
Harmonia Mundi 905291DI
 

L'équipe de l'émission :