Musicopolis
Magazine
Jeudi 11 avril 2019
25 min

1888, Nicolaï Rimski-Korsakov compose Shéhérazade

Musicopolis prend aujourd'hui la direction de la Russie, en 1888, l'année où Rimski-Korsakov compose son poème symphonique ''Shéhérazade'', imaginé comme un récit oriental par le compositeur, et inspiré des ''Contes des Mille et Une nuits''.

1888, Nicolaï Rimski-Korsakov compose Shéhérazade
Illustration des « Mille et Une nuits » (détail) par Léon Carré (1878-1942) © BnF / 1888, Nicolaï Rimski-Korsakov compose Shéhérazade- Musicopolis

« En composant Shéhérazade, je ne voulais qu'orienter quelque peu la fantaisie de l'auditeur du côté où s'était dirigée ma propre fantaisie. »

Dans ses Mémoires, Rimski-Korsakov explique exactement ce qu'il a voulu faire en composant Shéhérazade. "Le programme sur lequel je me basai, écrit-il, était constitué d'épisodes épars, sans lien entre eux, des Contes des Mille et Une nuits, répartis entre les quatre mouvements de la suite ; la mer et le bateau de Sindbad, le récit fantastique du prince Kalender, le jeune prince et la princesse, la fête à Bagdad et le naufrage du bateau sur un rocher représentant un écuyer en bronze. Les fils conducteurs sont les brèves introductions des 1er, 2ème et 4ème mouvements et l'intermède du 3ème, écrits pour violon solo et évoquant Shéhérazade elle-même racontant au redoutable sultan ses contes merveilleux."

"En composant Shéhérazade, déclare Rimski-Korsakov, je ne voulais, par les indications en début de chaque mouvement, qu'orienter quelque peu la fantaisie de l'auditeur du côté où s'était dirigée ma propre fantaisie. Je voulais simplement que l'auditeur, si ma musique lui plaisait, eût l'impression nette qu'il s'agissait d'un récit oriental et non pas seulement de quatre pièces jouées à la suite l'une de l'autre sur des thèmes communs". 

En 1888, l'année où Rimski-Korsakov compose Shéhérazade, c'est le tsar Alexandre III qui est au pouvoir depuis 7 ans, depuis l'assassinat de son père Alexandre II. Le tsar vit à Saint Petersbourg, la capitale de l'Empire de Russie : un Empire immense qui représente à cette époque environ 1/6ème des terres émergées de la planète. Et de même que les empires coloniaux britannique, français et allemand cherchent à s'étendre au XIXème siècle, l'Empire russe lui aussi est en pleine expansion. 

Rimski-Korsakov vit à St Petersbourg avec sa famille. St Petersbourg, capitale de l'Empire, siège du gouvernement du tsar, et ville la plus développée culturellement parlant. C'est là qu'on peut entendre de la musique, et là qu'est fondé le premier Conservatoire de musique, où notre musicien enseigne. C'est également à St Peterbourg qu'il a l'occasion de participer à des séances de musique de chambre,  de diriger, de s'occuper de la musique de ses amis, et qu'il travaille  sur Le Prince Igor de Borodine. Le musicien est marié avec Nadejda Purgold depuis 16 ans, Macha, née en janvier 1888 est leur 6ème enfant. C'est seulement l'été que Nicolaï trouve le temps de travailler sur des oeuvres longues. En 88, il se rend avec sa famille près du lac de Cheremenetskoye, à 170 km au Sud-Ouest de St Petersbourg. Il se ressource à la campagne, et, à la veillée, il écoute les chants des anciens et regarde jeunes danser.

Au moment où Rimski-Korsakov écrit Shéhérazade, tout ce qui est exotique, particulièrement oriental, est à la mode

Au moment où Rimski-Korsakov écrit Shéhérazade, tout ce qui est exotique, particulièrement oriental, est à la mode ; et pas seulement en Russie : dans toute l'Europe, l'Orient inspire les artistes. En Russie, les Contes des mille et une nuits ont été traduits récemment et on les a publiés avec des dessins magnifiques ; les peintres font des voyages dans les pays orientaux (de l'Empire russe), et ils en rapportent des peintures plus colorées les unes que les autres. Quant aux musiciens ils travaillent sur des mélodies orientales autant que sur des mélodies russes. Pour eux, pour Rimski et ses amis, c'est encore un moyen de défendre leur musique, et de se démarquer de la musique occidentale, surtout de la musique allemande. Cela en affirmant les racines populaires, qu'elles soient purement russes, ou qu'elles viennent des confins de l'Empire de Russie.

Programmation musicale

Nikolai Rimski-Korsakov (1844-1908)
Shéhérazade (1888) I. La mer et le bateau de Sinbad
Mikhail Shestakov, violon
Tchaikovsky Symphony Orchestra, direction Vladimir Fedoseyev
Vista VVCD-00061 (enrt 2003, Grande Salle du Conservatoire de Moscou)   

Nikolai Rimski-Korsakov (1844-1908)
Shéhérazade (1888) II. L'histoire du prince Kalandar
Mikhail Shestakov, violon
Tchaikovsky Symphony Orchestra, direction Vladimir Fedoseyev
Vista VVCD-00061 (enrt 2003, Grande Salle du Conservatoire de Moscou)   

Nikolai Rimski-Korsakov (1844-1908)
Shéhérazade (1888) III. Le jeune prince et la princesse  
Mikhail Shestakov, violon
Tchaikovsky Symphony Orchestra, direction Vladimir Fedoseyev
Vista VVCD-00061 (enrt 2003, Grande Salle du Conservatoire de Moscou)   

Nikolai Rimski-Korsakov (1844-1908)
Shéhérazade (1888) IV.  Fête à Bagdad .La mer   Le bateau se brise sur les rochers surmontés d'une statue de chevalier de bronze    Conclusion
Mikhail Shestakov, violon
Tchaikovsky Symphony Orchestra, direction Vladimir Fedoseyev
Vista VVCD-00061 (enrt 2003, Grande Salle du Conservatoire de Moscou

L'équipe de l'émission :