Musicopolis
Magazine
Mardi 24 septembre 2019
25 min

1862 à Berlin : Création de la Symphonie n°5 d'Emilie Mayer

« Mademoiselle Mayer est un phénomène rare » peut-on lire dans le nouveau journal de musique de Berlin en 1878. La Symphonie n°5 d'Emilie Mayer (1812-1883), créée en avril 1862 à Berlin, explique bien l'engouement de la presse et du public pour cette musicienne atypique.

1862 à Berlin : Création de la Symphonie n°5 d'Emilie Mayer
Berlin, avril 1862, création de la Symphonie n°5 d'Emilie Mayer (1812-1883)

Emilie Mayer (1812-1883) est née à Friedland dans un milieu qui ne la destinait pas à une carrière musicale. En revanche, elle a eu la chance de trouver sur sa route des professeurs qui lui ont apporté un enseignement de qualité, et qui par leur action ont pu l'aider à se faire jouer et à se faire éditer. En tant que célibataire indépendante elle a profité d'une liberté qu'elle n'aurait pas eue si elle avait été mariée, ce qui lui a sans doute permis de se consacrer à son art. Néanmoins il lui a fallu lutter pour faire connaître sa musique, et malgré toute cette énergie, elle a été oubliée tout de suite après sa mort. Depuis quelques années cependant, on redécouvre ses œuvres, dont 8 symphonies, 7 ouvertures, un concerto pour piano, et de nombreuses œuvres de musique de chambre. De quoi donner des idées aux programmateurs de salles…

« Mademoiselle Mayer est un phénomène rare. Le sexe féminin montre habituellement beaucoup de talent dans la reproduction musicale, pouvant même rivaliser avec le sexe masculin, mais la production est le domaine exclusif de l'esprit masculin, et il est très rare qu'une personnalité féminine fasse la preuve que même cette règle ne souffre pas d'exception. Justement voici une exception, une compositrice qui n'écrit pas seulement pour le piano, mais qui résout le problème épineux de la composition orchestrale, qui fourmille de mille secrets. Et comme elle le résout ! » le Nouveau journal de musique de Berlin (1878)

Programmation musicale

Emilie Mayer (1812-1883)
Symphonie n°5 (1862) I. Allegro Agitato
Orchestre de chambre de Berlin, direction Jürgen Bruns
Dreyer Gaido 21015

Emilie Mayer (1812-1883)
Valse "Tonwellen"
Yang Tai, piano
Capriccio C5339

Carl Loewe (1796-1869)
Meine Ruh est hin op 9 Livre III n°2  
Maureen Forrester, contralto, Michael Raucheisen, piano
Audite 21.437

Carl Loewe (1796-1869)
Mädchen sind wie der Wind op 9 VI n°4 (1818)
Cathy Berberian, mezzo-soprano, Bruno Canino, piano
Pathé Marconi 1C 187 30 681/2 (33T)

Felix Mendelssohn (1809-1847)
Paulus op 36 (1836) 1ère partie. Choeur « Siehe wir preisen selig »
Choeur de la Chapelle Royale, Collegium musicale de Gand, Orchestre des Champs-Elysées, direction Philippe Herreweghe
Harmonia Mundi 901584.85

Emilie Mayer (1812-1883)
Symphonie en fa mineur n°5 (1862) I. Allegro Agitato
Orchestre de chambre de Berlin, direction Jürgen Bruns
Dreyer Gaido 21015

Emilie Mayer (1812-1883)
Symphonie en fa mineur n°5 (1862) II. Adagio
Orchestre de chambre de Berlin, direction Jürgen Bruns
Dreyer Gaido 21015

Emilie Mayer (1812-1883)
Symphonie en fa mineur n°5 (1862) III. Scherzo. Allegro
Orchestre de chambre de Berlin, direction Jürgen Bruns
Dreyer Gaido 21015

Emilie Mayer (1812-1883)
Symphonie en fa mineur n°5 (1862) IV. Finale. Allegro vivace
Orchestre de chambre de Berlin, direction Jürgen Bruns
Dreyer Gaido 21015

L'équipe de l'émission :