Musicopolis
Magazine
Mercredi 20 février 2019
25 min

1844, Félicien David compose "Le Désert"

Dans Musicopolis, Anne-Charlotte Rémond vous raconte aujourd'hui comment Félicien David est devenu célèbre en une soirée de décembre 1844, grâce à son ode-symphonie "Le Désert" !

1844, Félicien David compose "Le Désert"
1844, Félicien David compose "Le Désert"/ Musicopolis , © Getty / NuriaE

Les spectateurs subjugués, entraînés, transportés, des applaudissements et des bravos ont passé aux cris, aux acclamations forcenées 

"Nous avons une bonne nouvelle à vous annoncer, écrit Théophile Gautier dans la Presse, le 16 décembre 1844. Dimanche dernier, un grand musicien s'est révélé ; d'un seul bond, il est allé s'asseoir sur le trône d'ivoire et d'or des maîtres radieux et consacrés. La veille, ce n'était dans la foule qu'un passant triste et doux ; aujourd'hui, c'est Félicien David !...Chacun était venu presqu'à regret, rappelle-t-il, en s'arrachant avec peine au coin du feu et se disant : Encore un concert !...Jugez de la surprise ! D'abord on ne voulut pas y croire ; mais bientôt les spectateurs subjugués, entraînés, transportés, des applaudissements et des bravos ont passé aux cris, aux acclamations forcenées ; les pieds, les mains, les cannes, tout se mettait de la partie ; on voulait faire répéter chaque morceau, chaque note, la symphonie tout entière. C'était de la rage, du délire...L'enthousiasme, à son comble, avait gagné les exécutants, qui abandonnaient leur instruments pour applaudir. Chose honorable à dire pour cette pauvre espèce humaine tant calomniée, devant un tel succès, devant une telle œuvre, toute rivalité, toute jalousie avaient disparu. Les compositeurs avaient les yeux pleins de ces nobles larmes de l'âme que le beau seul fait jaillir ;" 

Il a fait ce que fait tout artiste pendant le brouillard : il a pensé au soleil et composé son ode-symphonie du Désert !

Si Félicien David obtient autant de succès avec son "ode-symphonie" Le Désert c'est que le public y trouve "du vécu" ! C'est dans le vrai désert qu'il a trouvé la matière de sa musique. Et ce n'est pas un désert exotique qu'il nous restitue dans son œuvre, mais un tableau peint d'après souvenirs et sentiments. Les commentateurs, par exemple sont tous impressionnés par le début de la partition, et comment le compositeur, à l'aide de quelques notes longuement tenues, réussit à peindre l'étendue du paysage.
Théophile Gautier raconte avec poésie le grand voyage de Félicien David : "Il resta plusieurs années en Egypte, errant dans les villes, les nécropoles et les solitudes, étudiant les mystères de la composition orientale, aux rythmes si bizarres, à la tonalité si différente de la nôtre ; écoutant ce que le vent du désert murmure à l'oreille des sphinx ; notant les vibrations du granit qui se dilate aux feux du soleil, les mesures que battent sur le sable ardent les pas épatés du chameau et les pieds de gazelle des Almées ; s'inspirant à toute heure de cette nature inconnue, solennelle, plutôt endormie que morte, et que saturent les cendres de tant de civilisations superposées. Telle a été sa vie ; il a partagé la tente du Bédouin, mangé le couscoussou, et dormi à l'ombre de son cheval ; le pain lui a souvent manqué et l'eau aussi, mais il a toujours poursuivi son rêve. Revenu à Paris, il a fait ce que fait tout artiste pendant le brouillard : il a pensé au soleil et composé son ode-symphonie du Désert !"

Programmation musicale

Félicien David (1810-1876)
Le Désert (1844) 3ème partie. Chant du désert
Choeur Accentus, Orchestre de chambre de Paris, direction Laurence Equilbey
Naïve V5405   

Félicien David (1810-1876)
Le Désert (1844) 3ème partie. Le départ de la caravane.
Choeur Accentus, Orchestre de chambre de Paris, direction Laurence Equilbey
Naïve V5405   

Félicien David (1810-1876)
Le Désert (1844) 2ème partie. Fantaisie arabe. Danse des almées
Orchestre de chambre de Paris, direction Laurence Equilbey
Naïve V5405   

Félicien David (1810-1876)
Le Désert (1844) 1ère partie. L'entrée au désert
Jean-Marie Winling, récitant
Orchestre de chambre de Paris, direction Laurence Equilbey
Naïve V5405   

Félicien David (1810-1876)
L'absence. Romance sans paroles (1845)
Jean-Jacques Dünki, piano Erard 1850
Laborie LC12   

Félicien David (1810-1876)
Le Caprice. Mélodie pour violoncelle et piano
Christophe Coin, violoncelle Alessandro Gagliano, Naples vers 1720
Jean-Jacques Dünki, pianino Kunz, Neuchâtel, vers 1845
Laborie LC12   

Félicien David (1810-1876)
Le Désert (1844) 1ère partie. Marche de la caravane
Choeur Accentus, Orchestre de chambre de Paris, direction Laurence Equilbey
Naïve V5405   

Félicien David (1810-1876)
Le Désert (1844) 3ème partie. Chant du muezzin
Zachary Wilder, ténor
Orchestre de chambre de Paris, direction Laurence Equilbey
Naïve V5405   

Félicien David (1810-1876)
Le Désert (1844) 2ème partie. Hymne à la nuit
Cyrille Dubois, ténor
Orchestre de chambre de Paris, direction Laurence Equilbey
Naïve V5405   

Félicien David (1810-1876)
Le Désert (1844) 2ème partie. La rêverie du soir
Cyrille Dubois, ténor
Orchestre de chambre de Paris, direction Laurence Equilbey
Naïve V5405   

Félicien David (1810-1876)
Le Désert (1844) 3ème partie. Le lever du soleil
Zachary Wilder, ténor
Orchestre de chambre de Paris, direction Laurence Equilbey
Naïve V5405
 

Biographie de Félicien David par Alexis Azevedo (1863)
Biographie de Félicien David par Alexis Azevedo (1863)

Félicien David, Coup d'œil sur sa vie et son œuvre Par Alexis Jacob Azevedo (1863)

L'équipe de l'émission :