Musicopolis
Magazine
Lundi 4 mars 2019
25 min

1830, Hector Berlioz : Création de la Symphonie fantastique

La création de la « Symphonie fantastique », le 5 décembre 1830, est sans doute l’évènement le plus important de la vie musicale de Berlioz. Anne-Charlotte Rémond vous invite à suivre le jeune compositeur qui vient, en une soirée, de bouleverser l'environnement sonore de ses contemporains.

1830, Hector Berlioz : Création de la Symphonie fantastique
Partition autographe de la Symphonie fantastique de Berlioz (1830) avec un extrait du premier poème des "Feuilles d'automne" de Victor Hugo (détail) / Musicopolis © BnF Gallica

Au début de l'année 1830, voici environ un an que Berlioz pense à une grande œuvre. Après les Scènes de Faust qu'il a composées suite à sa découverte de l'ouvrage de Goethe, il écrit à un ami qu'à présent qu'il a brisé le frein de la routine, il voit se dérouler un champ immense, dans lequel les règles scolastiques lui défendaient d'entrer jusqu'ici. A présent qu'il a entendu "cet effrayant géant Beethoven", il sait à quel point en est l'art musical, il s'agit de le prendre à ce point-là et de le pousser plus loin. 

"Il y a du neuf à faire, et beaucoup, je le sens avec une énergie extrême."

"Il y a du neuf à faire, écrit-il, et beaucoup, je le sens avec une énergie extrême." Mais quelque chose l'empêche, le bride, une souffrance hors du commun : voici plusieurs années qu'il éprouve une passion (non partagée) pour une actrice irlandaise, qu'il a vue jouer Ophélie dans Hamlet et dans Roméo et Juliette, de Shakespeare.

Depuis le 11 septembre 1827, où Berlioz a vu Harriet Smithson jouer le rôle d'Ophélie dans Hamlet de Shakespeare, le compositeur a conçu pour l'actrice une passion foudroyante. Il a tout essayé pour entrer en contact avec elle, il s'est posté devant le théâtre pour la regarder passer, il lui a écrit, il s'est lié avec son impresario pour qu'il veuille bien l'amadouer ; un moment, il a cru qu'elle accepterait au moins de l'écouter ou de lire ses lettres, mais finalement non, elle est partie, en Hollande puis en Angleterre, et sans lui laisser aucun espoir. Sur le plan professionnel, à la même époque, Berlioz, qui a déjà échoué 3 fois au Prix de Rome, doit absolument se faire connaître pour entrer dans la carrière. C'est dans ce but qu'il décide de donner un concert en mai 1830, au théâtre des Nouveautés. Il prépare pour cela "l'immense composition instrumentale d'un genre nouveau", dont il a déjà parlé à ses amis. 

Même si Berlioz est prêt à composer, la pensée d'Harriet Smithson le reprend parfois et le déchire. Il écrit à son ami Humbert Ferrand : "J'étais sur le point de commencer ma grande symphonie (Episode de la vie d'un artiste), où le développement de mon infernale passion doit être peint ; je l'ai toute dans la tête, mais je ne puis rien écrire… Attendons." 

Pendant plusieurs mois entre février et avril 1830, Berlioz couche sur le papier sa Symphonie fantastique. Elle est bien avancée lorsqu'il fait la connaissance de Camille Moke, une brillante jeune pianiste qui donne des cours dans l'institution où lui-même est professeur de guitare. Alors qu'il tâchait d'oublier Harriet Smithson, ce nouvel amour tombe à pic ! Et Camille, elle, aime Hector ! C'est même elle qui la première lui a fait sa déclaration. Elle est talentueuse, brillante, et ravissante ! Le jeune homme s'enflamme à nouveau. Il y a un peu de résistance de la part de Mme Moke, la mère de Camille, qui ne voit pas un mariage d'un très bon oeil, mais il en a vu d'autres, et il essaye de mettre toutes les chances de son côté. Malheureusement le concert du mois de mai ne pourra pas se faire ! L'orchestre n'est pas assez nombreux, la salle est trop petite, et il y a le même jour à Paris plusieurs concerts qui lui auraient enlevé tout son public. Mais d'une part il a pu entendre sa musique aux répétitions, et d'autre part, comme le concert a été annoncé, tout le monde attend son œuvre avec impatience.

"M. Berlioz a tenu parole : sa symphonie fantastique est un véritable roman musical"

Le 5 décembre 1830, le tout-Paris est là  pour assister à la première de la Symphonie fantastique.

Au lendemain du concert, le Figaro fait au compositeur l'honneur d'un petit encart : "M. Berlioz a tenu parole : sa symphonie fantastique est un véritable roman musical. Cette composition est la bizarrerie la plus monstrueuse qu'on puisse imaginer. Nous essaierons d'en rendre compte. Disons, en attendant, que le succès en a été complet. Cinq ou six salves d'applaudissements et des trépignements d'admiration ont dédommagé M. Berlioz des obstacles sans nombre dont la routine a hérissé les premiers pas de sa carrière."

"Il n'y a jamais eu qu'un homme capable de faire un pareil morceau, c'est Beethoven ; c'est prodigieux !"

Berlioz écrit à son père le lundi 6 décembre 1830 : "Mon cher papa, Je n'ai le temps de vous écrire que 6 lignes ; mon concert a eu lieu hier avec un succès extraordinaire. La Symphonie fantastique  a été accueillie avec des cris, des trépignements ; le public a redemandé la Marche du supplice ; mais comme il était très tard et que le Songe d'une nuit du sabbat est un long morceau, Habeneck (le chef) n'a pas voulu recommencer ; on a fait observer que ce serait trop, et on n'a pas insisté…Pixis, Spontini, Meyer-Beer, Fétis ont applaudi comme des furieux, et Spontini s'est écrié en entendant ma Marche du supplice : "Il n'y a jamais eu qu'un homme capable de faire un pareil morceau, c'est Beethoven ; c'est prodigieux !". Pixis m'a embrassé, et plus de cinquante autres.   Liszt le célèbre pianiste m'a pour ainsi dire emmené de force dîner chez lui en m'accablant de tout ce que l'enthousiasme a de plus énergique."

Programmation musicale

Hector Berlioz (1803-1819)
Symphonie fantastique (1830) V. Songe d'une nuit de sabbat
Orchestre Révolutionnaire et Romantique, direction John Eliot Gardiner
Decca 48346875/3   

Hector Berlioz (1803-1819)
Symphonie fantastique (1830) IV. Marche au supplice
Orchestre Révolutionnaire et Romantique, direction John Eliot Gardiner
Decca 48346875/3   

Hector Berlioz (1803-1819)
Symphonie fantastique (1830) I. Rêveries - Passions
Orchestre Révolutionnaire et Romantique, direction John Eliot Gardiner
Decca 48346875/3   

Hector Berlioz (1803-1819)
Symphonie fantastique (1830) I. Rêveries - Passions
Orchestre Révolutionnaire et Romantique, direction John Eliot Gardiner
Decca 48346875/3   

Hector Berlioz (1803-1819)
Symphonie fantastique (1830) II. Un bal
Orchestre Révolutionnaire et Romantique, direction John Eliot Gardiner
Decca 48346875/3   

Hector Berlioz (1803-1819)
Symphonie fantastique (1830) V. Songe d'une nuit de sabbat
Orchestre Révolutionnaire et Romantique, direction John Eliot Gardiner
Decca 48346875/3   

Hector Berlioz (1803-1819)
Symphonie fantastique (1830) V. Songe d'une nuit de sabbat
Orchestre Révolutionnaire et Romantique, direction John Eliot Gardiner
Decca 48346875/3   

Hector Berlioz (1803-1819)
Symphonie fantastique (1830) V. Songe d'une nuit de sabbat
Orchestre Révolutionnaire et Romantique, direction John Eliot Gardiner
Decca 48346875/3
 

Retrouvez les partitions de Berlioz, sa correspondance et les livrets de ses oeuvres, ainsi que des centaines de milliers de trésors d'autres compositeurs sur Gallica.

L'équipe de l'émission :