Musicopolis
Magazine
Lundi 1 avril 2019
25 min

1819, Franz Schubert compose le Quintette en la Majeur, D. 667 " La Truite "

Anne-Charlotte Rémond vous emmène aujourd'hui en Autriche, dans la charmante ville de Steyr, où Franz Schubert passe l’été de ses 22 ans ! C’est là qu’il compose son Quintette en la Majeur, inspiré de son célèbre lied ''La Truite''...

1819, Franz Schubert compose le Quintette en la Majeur, D. 667 " La Truite "
1819, Franz Schubert compose le Quintette en la Majeur, D. 667 " La Truite " / Musicopolis, © Getty / Universal History Archive

Steyr est une ville florissante de Haute-Autriche, au confluent de deux rivières la Steyr, et l'Enns, dans la région des Préalpes. Riante petite bourgade qui s'est beaucoup développée au 18ème siècle, en 1819 elle est réputée pour ses maisons baroques et sa grand place, considérée comme l'une des plus belles d'Autriche.
Parmi les célébrités du pays, on compte un chanteur qui fait alors sa carrière à l'Opéra de Vienne : Johann Michael Vogl, un magnifique baryton qui s'illustre dans les grands rôles de l'opéra allemand et italien.
Cet été 1819, Vogl s'est arrangé pour prendre 2 mois de vacances, et il a décidé d'amener avec lui un de ses jeunes amis musiciens, Franz Schubert, 22 ans, pianiste et compositeur dont il chante les lieder avec délectation. 

Schubert se trouve dans une ambiance favorable et une certaine émulation règne entre tous ces jeunes gens.

Le 13 juillet 1819, Franz Schubert écrit à son frère Ferdinand : "Dans la maison où j'habite, il y a huit jeunes filles, presque toutes charmantes. Tu vois comme on a à faire. La fille de M. von von Koller, chez lequel Vogl et moi mangeons tous les jours, est très charmante, elle joue bien du piano et chante quelques-uns de mes lieder." Schubert se trouve dans une ambiance favorable et une certaine émulation règne entre tous ces jeunes gens. 

''Dans un petit ruisseau à l'eau claire, Passait, vive et joyeuse, la truite Plus rapide qu'une flèche."

Et on leur demande bien sûr d'interpréter quelques lieder du jeune homme, parmi eux, La Truite sur un poème de Christian Friedrich Daniel Schubart, peut-être le plus connu de tous ceux de Schubert . La Truite  raconte une histoire : ''Dans un petit ruisseau à l'eau claire, Passait, vive et joyeuse, la truite Plus rapide qu'une flèche. J'étais sur le rivage Et contemplais, serein, Les ébats du poisson agile Au sein du limpide ruisseau. Un pêcheur avec sa ligne Se tenait au bord de l'eau, Observant sans mot dire Le manège joyeux. Tant que rien, me disais-je, Ne vient troubler le flot, ll n'aura pas la truite Avec son hameçon…"

On imagine le succès de Vogl et Schubert, lorsqu'ils interprètent ce lied le soir à Steyr, lors d'une des séances de musique chez le violoncelliste Herr Paumgartner.
Pas étonnant que Paumgartner ait l'idée de demander à Schubert de faire un morceau de musique de chambre sur cette même mélodie.  Schubert choisit d'écrire un quintette composé d'un piano, et de 4 cordes, un violon, un alto, une contrebasse pour les graves, et un violoncelle pour Paumgartner !

Pendant son séjour à Steyr, Schubert va donc composer son Quintette en la majeur avec en 4ème mouvement les variations sur le thème de son lied Die Forelle (La Truite).

"Jouis toujours du présent avec discernement, ainsi le passé te sera un beau souvenir et l'avenir ne sera pas un épouvantail."

Cet été 1819 est certainement pour Schubert l'un des plus heureux de sa vie. Il est en pleine santé, il est avec ses amis, il fait de la musique, et il compose outre son Quintette, une sonate pour piano, pour la jeune Josephine von Koller, et une cantate pour l'anniversaire de son ami Vogl, qu'il accompagnera lui-même au piano. Avant de quitter Steyr, il écrit dans le carnet de Katherine Stadler, la soeur de son ami Albert : "Jouis toujours du présent avec discernement, ainsi le passé te sera un beau souvenir et l'avenir ne sera pas un épouvantail."

Programmation musicale 

Franz Schubert (1797-1828)
Quintette en La majeur op posthume 114 D 667 "La Truite" (1819) I. Allegro vivace  
Christian Zacharias, piano, Quatuor de Leipzig
MDG30706252   

Franz Schubert (1797-1828)
Die Zwillingsbrüder (1819) Air de Franz "Mas es stürmen"
Stephan Genz, baryton, Das neue Orchester, direction Christoph Spering
Phed 144   

Franz Schubert (1797-1828)
Quintette en La majeur op posthume 114 D 667 "La Truite" (1819) I. Allegro vivace  
Christian Zacharias, piano, Quatuor de Leipzig
MDG30706252   

Franz Schubert (1797-1828)
Ecossaises en La bémol majeur D 697 (mai 1820)
Michael Endres, piano
Capriccio 49 242   

Franz Schubert (1797-1828)
Quintette en La majeur op posthume 114 D 667 "La Truite" (1819) I. Allegro vivace  
Christian Zacharias, piano, Quatuor de Leipzig
MDG30706252   

Franz Schubert (1797-1828)
Quintette en La majeur op posthume 114 D 667 "La Truite" (1819) II. Andante
Christian Zacharias, piano, Quatuor de Leipzig
MDG30706252   

Franz Schubert (1797-1828)
Quintette en La majeur op posthume 114 D 667 "La Truite" (1819) III. Scherzo. Presto
Christian Zacharias, piano, Quatuor de Leipzig
MDG30706252   

Franz Schubert (1797-1828)
Die Forelle "La Truite" (1817) poème de Schubart
Dietrich Fischer-Dieskau, baryton, Gerald Moore, piano
Warner code barre 5099963610253   

Franz Schubert (1797-1828)
Quintette en La majeur op posthume 114 D 667 "La Truite" (1819) IV. Andantino (Variation V et Allegretto)  
Christian Zacharias, piano, Quatuor de Leipzig
MDG30706252   

Franz Schubert (1797-1828)
Quintette en La majeur op posthume 114 D 667 "La Truite" (1819) V. Finale. Allegro giusto
Christian Zacharias, piano, Quatuor de Leipzig
MDG30706252
 

L'équipe de l'émission :