Musicopolis
Magazine
Mercredi 20 novembre 2019
25 min

1724, Dresde : Création des "Lamentations de Jérémie" de Johann David Heinichen

L'orchestre de Dresde et ses musiciens venus de France, d'Italie, et d'Allemagne, est réputé partout en Europe pour son homogénéité et sa virtuosité. Voyageur invétéré, le maître de chapelle Heinichen incarne à merveille le cosmospolitisme du style dresdois.

1724, Dresde : Création des "Lamentations de Jérémie" de Johann David Heinichen
Le Glockenspielpavillon à Dresde, © Ernst Wrba / LOOK-foto

Ils sont plusieurs compositeurs à pouvoir assurer la musique des Offices de Ténèbres à Dresde, la ville ne manque pas de musiciens. Il y a deux ans, Jan Dismas Zelenka en a été chargé. Mais il écrit des pièces trop longues et le Prince héritier, dont l'épouse attendait un enfant, a demandé à ce qu'on écourte le service ! Peut-être est-ce pour cette raison qu' en 1724, Heinichen se voit attribuer la commande très officielle des Lamentations de Jérémie.

Johann David Heinichen est encore dans la force de l'âge, il a 41 ans. Mais sans doute est-il déjà malade de la tuberculose qui va l'emporter 5 ans plus tard. Il a une santé fragile, et on doit souvent le seconder dans son poste de Kappelmeister, mais il se démène néanmoins avec toute l'énergie dont il dispose pour composer toutes sortes de musiques pour la Cour.

"Elle pleure dans la nuit, et ses joues sont couvertes de larmes ; de tous ceux qui l'aimaient, nul ne la console. Tous ses amis lui sont devenus infidèles, ils sont devenus ses ennemis."

Heinichen est protestant. Il est même fils de pasteur. Et pourtant, il est le Kappelmeister d'un roi catholique. Ce qui ne pose apparemment aucun problème. Tout le monde fait preuve de tolérance. L'électeur Frédéric-Auguste 1er, dit "le Fort" s'est converti en 1697 pour pouvoir se présenter à l'élection de Roi de Pologne, qu'il a remportée (la Pologne vaut bien une messe !). Mais son peuple, lui est resté plutôt protestant, et jamais le principe "Tel prince, tel religion" n'a été appliqué. Les musiciens mettent en musique les paroles de la Bible, que ce soit en latin ou en allemand, et s'attachent surtout à mettre en valeur les mots : "Elle pleure dans la nuit, et ses joues sont couvertes de larmes ; de tous ceux qui l'aimaient, nul ne la console. Tous ses amis lui sont devenus infidèles, ils sont devenus ses ennemis.

Programmation musicale

Johann David Heinichen (1683-1729)
Lamentations de Jérémie (1724) Lamentation I. "Incipit lamentatio"
Jörg Dürmüller, ténor, Musica Antiqua Köln, direction Reinhardt Goebel
Archiv Produktion 47092-2

Johann David Heinichen (1683-1729)
Lamentations de Jérémie (1724) Lamentation II. "Vau. Et egressus est"
Raimund Nolte, basse, Musica Antiqua Köln, direction Reinhardt Goebel
Archiv Produktion 47092-2

Johann David Heinichen (1683-1729)
Lamentations de Jérémie (1724) Lamentation III. "Jod. Manum suam misit hostis"
Alex Köhler, alto, Musica Antiqua Köln, direction Reinhardt Goebel
Archiv Produktion 47092-2

Johann David Heinichen (1683-1729)
Sonata en la majeur S.208 I. Allegro
Musica Antiqua Köln, direction Reinhardt Goebel
Archiv Produktion

Johann David Heinichen (1683-1729)
Lamentations de Jérémie (1724) Lamentation II. "Vau. Et egressus est"
Raimund Nolte, basse, Musica Antiqua Köln, direction Reinhardt Goebel
Archiv Produktion 47092-2

Johann David Heinichen (1683-1729)
Lamentations de Jérémie (1724) Lamentation III. "Jod. Manum suam misit hostis"
Alex Köhler, alto, Musica Antiqua Köln, direction Reinhardt Goebel
Archiv Produktion 47092-2

Johann David Heinichen (1683-1729)
Lamentations de Jérémie (1724) Lamentation II. "Vau. Et egressus est"
Raimund Nolte, basse, Musica Antiqua Köln, direction Reinhardt Goebel
Archiv Produktion 47092-2

L'équipe de l'émission :