Musicopolis
Magazine
Mardi 2 avril 2019
25 min

1696-1697, Sébastien de Brossard compose ses ''Leçons des morts''

Qui est Sébastien de Brossard, l'auteur d'une mise en musique des '' Leçons des Morts" ? Anne-Charlotte Rémond mène l'enquête à Strasbourg, où le musicien fut nommé vicaire de la cathédrale en 1687, et maître de Chapelle 2 ans plus tard...

1696-1697, Sébastien de Brossard compose ses ''Leçons des morts''
1696-1697, Sébastien de Brossard compose les ''Leçons des morts'' / Musicopolis , © Getty / Alberto Manuel Urosa Toledano, © Getty

Les Leçons des Morts de Sébastien de Brossard est une œuvre rare, puisque ce texte (extrait du Livre de Job) qui se dit lors des nocturnes de l'office des défunts a été très rarement mis en musique, contrairement aux leçons de ténèbres réservées à la semaine sainte, qui, elles sont très souvent chantées. 

"Peu à peu on a oublié qu'il s'agissait d'un artiste"

On s'étonne qu'une musique comme celle-ci ne soit pas plus connue et reconnue ! Mais il y a plusieurs raisons à cela. D'abord, l'homme Brossard n'était sans doute pas ambitieux pour sa musique. Il n'a pas fait en sorte qu'elle soit toute publiée, et ces Leçons des morts par exemple sont restées en manuscrits. Ensuite, c'est un homme d'une grande ouverture et générosité d'esprit, intéressé par toutes les musiques aussi bien que par la théorie. Son travail de compositeur a été recouvert et occulté d'un côté par son travail de patient collecteur de partitions, et d'autre côté par son travail de théoricien. Comme le dit Jean Duron, l'un des re-découvreurs de Brossard "Peu à peu on a oublié qu'il s'agissait d'un artiste". On l'a réduit à la position d'amateur, de connaisseur, et de savant ! 

A 20 ans, il reçoit la tonsure cléricale, et à 22, il est ordonné prêtre

Sébastien de Brossard, est né à Dompierre, village situé aujourd'hui dans l'Orne, en Normandie, et a fait ses études à Caen. Inscrit au Collège des Jésuites et à l'Université, il ne fait pas partie d'une maîtrise, et ne prend pas de cours de musique. Il dit que dans ce domaine, il n'a eu d'autre maître que les livres. Et aussi bien sûr la musique qu'il peut entendre à l'Eglise Saint-Pierre, la plus importante de la ville, qui entretient une maîtrise et donne des concerts. A 20 ans, il reçoit la tonsure cléricale, et à 22, il est ordonné prêtre. Il se rend à Paris, où il compose quelques petites pièces, il joue du luth et étudie chez un maître célèbre. Il vivote, cherche une place, et se retrouve buretier à Notre-Dame : autrement dit, il est "chargé de porter les burettes devant le prêtre qui va dire la messe".

Sébastien de Brossard, grâce sans doute aux relations qu'il s'est faites à Paris, est nommé vicaire à la Cathédrale de Strasbourg en 1687. Depuis deux ans, un maître de chapelle a été nommé, qui doit venir de Metz. Mais il n'arrive pas. En son absence, c'est bientôt Brossard qui va être chargé de cette tâche. Son rôle consiste à choisir les musiques, les faire répéter, faire travailler les enfants de chœur et s'occuper de leur éducation, enseigner le plain-chant aux ecclésiastiques du séminaire... Et puisque notre musicien s'acquitte bien de sa tâche, et que le maître de chapelle de Metz n'arrive toujours pas, c'est Brossard qui va finalement être nommé ! 

A Strasbourg, dans la cathédrale nouvellement catholique, Sébastien de Brossard découvre un répertoire musical qu'il n'a jamais entendu auparavant. Puisque la ville était auparavant rattachée à l'Empire, beaucoup de musique vient d'Allemagne. On chante les oeuvres de Andreas Hammerschmidt, Samuel Capricornus ou Johann Rosenmüller. Une grande partie des oeuvres est donnée en allemand, et quelques-unes en latin !

"Et puisque mon mauvais destin Me réduit à ce vin du Rhin, Que d'une bouteille trompeuse Le glouglou délicieux Satisfasse du moins mon oreille et mes yeux."

Sébastien n'a pas été très heureux à Strasbourg. Il parle mal l'allemand, et il doit sans cesse régler des conflits entre les membres du choeur. Il a du mal avec certaines coutumes aussi, comme celle de servir le vin dans des pots ! Dans une chanson publiée à Paris, il écrit "Et puisque mon mauvais destin Me réduit à ce vin du Rhin, Que d'une bouteille trompeuse Le glouglou délicieux Satisfasse du moins mon oreille et mes yeux." Voilà qui montre que Brossard savait faire contre mauvaise fortune bon coeur... Pourquoi a-t-il composé ses Leçons des morts ? A-t-il voulu tout simplement proposer la mise en musique d'un texte rarement chanté, pour compléter le répertoire et apporter une émotion supplémentaire à l'Office des défunts ? Ou bien les a-t-il destinées aux funérailles d'un ami, ou peut-être aux siennes propres ? Des questions qui restent ouvertes… 

Programmation musicale

Sébastien de Brossard (1655-1730)
Première Leçon des Morts (1696-97) Sonatina ad libitum
Les Paladins, direction Jérôme Corréas
Cyprès CYP1666   

Sébastien de Brossard (1655-1730)
Première Leçon des Morts (1696-97) "Parce mihi Domine"
Véronique Gens, soprano, Gérard Lesne, contreténor et direction, Il Seminario musicale
Virgin 5452712   

Sébastien de Brossard (1655-1730)
Première Leçon des Morts (1696-97) "Visitas eum diluculo" "Usquequo non parcis mihi"
Véronique Gens, soprano, Gérard Lesne, contreténor et direction, Il Seminario musicale
Virgin 5452712   

Henry Du Mont (1610-1684)
Grand Motet "O aeterne misericors Deus"
Ensemble Correspondances, direction Sébastien Daucé
Harmonia Mundi HMC 902241   

Sébastien de Brossard (1655-1730)
Première Leçon des Morts (1696-97) "Peccavi, quid faciam tibi"
Véronique Gens, soprano, Gérard Lesne, contreténor et direction, Il Seminario musicale
Virgin 5452712   

Andreas Hammerschmidt (1611-1675)
Also hat Gott die Welt geliebt
Gli Scarlattisti, direction Jochen Arnold
Carus 83.377   

Johann Rosenmüller (1620-1684)
Dixit Dominus (Psaume 109)
Gli Scarlattisti, direction Jochen Arnold
Carus 83.377   

Lodovico da Viadana (1560-1627)
Deus in adiutorium (1612)
I Fagiolini, direction Robert Hollingworth
Decca 4831654   

Sébastien de Brossard (1655-1730)
Sonate en trio en Ré majeur SdB 221 I. Allegro
Le Concert Calotin
Arion ARN 68626   

Sébastien de Brossard (1655-1730)
Troisième Leçon des Morts (1696-97) "Vitam et misericordiam"
Véronique Gens, soprano, Gérard Lesne, contreténor et direction, Il Seminario musicale
Virgin 5452712   

Sébastien de Brossard (1655-1730)
Quatrième Leçon des Morts (1696-97) "Qui quasi putredo"
Véronique Gens, soprano, Gérard Lesne, contreténor et direction, Il Seminario musicale
Virgin 5452712
 

L'équipe de l'émission :