Musiciennes de légende
Programmation musicale
Dimanche 18 juillet 2021
1h 28mn

Dames de pique (2/4) : Les premières reines du violoncelle

Avec le développement de la pique, les femmes se libèrent et partent à la conquête du violoncelle. Plusieurs sont excellentes et dédicataires d'œuvres majeures, comme les Françaises Madeleine Monnier et Lucienne Radisse ou les russes Raya Garbousova et Zara Nelsova.

Dames de pique (2/4) : Les premières reines du violoncelle
Raya Garbousova et Zara Nelsova

La presse commence à se faire à l’idée que les femmes puissent maitriser cet instrument "viril", même si on lit des critiques d'un sexisme affiché : "On ne sait pas s’il faut la regarder ou l’écouter". 

Madeleine Monnier joue un rôle important dans la musique de son époque : par exemple elle crée en France la redoutable sonate de Kodaly pour violoncelle seul, et elle est la dédicataire d’oeuvres de Jacques Ibert. Elle crée son concerto pour violoncelle et instruments à vents en 1926 avec l’Orchestre Lamoureux sous la direction de Paul Paray. 

Violoncelliste virtuose, star de cinéma, pilote d'avions et de voitures de course, épouse du journaliste et homme de lettres Jean Fannius puis belle-fille du compositeur Henri Büsser, Lucienne Radisse (1899 - 1997) s'est fait connaître au début du XXe siècle.

Lucienne Radisse (1899 - 1997)
Lucienne Radisse (1899 - 1997)

Raya Garbousova fait ses débuts à Paris en 1927. Elle y rencontre Pablo Casals, qui lui donne quelques cours, et l'encourage à étudier auprès d’un de ses grands amis, le violoncelliste Diran Alexanian. Elle assure la création américaine de plusieurs oeuvres dont la troisième Sonate de Bohuslav Martinů ou encore la Sonate pour violoncelle de Prokofiev, pièce écrite en 1949 pour le jeune violoncelliste Mstislav Rostropovitch. Avant cela, Raya Garbousova avait demandé au compositeur américain Samuel Barber de lui écrire un concerto. Elle le crée en 1946 avec Boston Symphony, sous la direction de Sergei Koussevitzky, celui qui avait déclenché sa vocation pour le violoncelle ! 

Raya Garbousova (1909 - 1997)
Raya Garbousova (1909 - 1997)

Zara Nelsova, au charisme saisissant, inspire Ernst Bloch. Dans la presse, elle est régulièrement qualifiée de « Reine du violoncelle ». Zara Nelsova enregistra au long de sa carrière les grandes pages concertantes du répertoire, ainsi que les sonates de Beethoven, de Brahms ou de Rachmaninoff. mais aussi des pages moins connues comme le premier concerto en sol mineur de Dimitri Kabalevsky, un concerto écrit en 1949 comme musique de propagande à l’intention de la jeunesse soviétique.

Zara Nelsova (1918 - 2002)
Zara Nelsova (1918 - 2002)

Références bibliographiques : 

  • Article de Stephen Sensbach « à la recherche des femmes », publié dans The Strad magazine / le violoncelle nr. 31 Mai 2009