MAXXI Classique
Programmation musicale
Lundi 13 septembre 2021
3 min

Yma Sumac : la diva aux quatre octaves

La chanteuse péruvienne Yma Sumac naissait il y a 99 ans, le 13 septembre 1922. L'occasion de revenir sur les capacités vocales étonnantes de celle qu'on surnommait la Reine de l'Exotica !

Yma Sumac : la diva aux quatre octaves
Portrait d'Yma Sumac en 1953. , © Tom Kelley/Getty Images

Quel est le point commun entre Britten et Yma Sumac ? Cliquez sur le player en haut à gauche de la page pour le découvrir ! 

La vie d’Yma Sumac a tout d’une légende. Si l’on ne connaît pas avec certitude le lieu de sa naissance, on est à peu près sûr que Zoila Augusta Emperatriz Chávarri del Castillo de son vrai nom est une descendante d’Atahualpa, le dernier Empereur Inca. Mais la jeune Zoila ne rêve pas de politique. Même si ses parents s’y opposent fermement, ce qu’elle veut, c’est devenir chanteuse. On lui refuse de suivre des cours pendant l’enfance ? Tant pis, ses professeurs auront des plumes et des ventouses car c’est en écoutant le sifflement des grenouilles et le chant des oiseaux des montagnes andines que la jeune Yma Sumac racontait avoir pris ses premiers cours de chant…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Après avoir donné quelques concerts au Pérou et aux Etats-Unis, Yma Sumac est repérée par le label Capitol Records et en 1950 parait le premier disque à succès de la chanteuse. Le premier d’une longue liste où l’on retrouve un génie de l’arrangement, le grand Les Baxter qui sait mieux que nul autre composer un écrin pour la voix d’Yma Sumac. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Comme vous pouvez l’entendre, Yma Sumac pouvait moduler sa voix dans le grave mais aussi atteindre des sommets dans les aigus. Dans le titre Chuncho par exemple elle passe du fa dièse d’une basse ou d’un baryton au registre aigu extrême en un rien de temps ! Un grand écart vocal vertigineux que tout le monde attendait lors de ses concerts et qui prouve qu’Yma Sumac n’avait pas volé son surnom de diva aux quatre octaves.

L'équipe de l'émission :