MAXXI Classique
Programmation musicale
Mercredi 23 décembre 2020
3 min

Wagner et métal symphonique avec Therion

Comme un clin d’oeil à la production exceptionnelle du Ring de l'Opéra de Paris enregistrée par France Musique, Max Dozolme nous fait écouter des reprises de Wagner par le groupe de métal symphonique suédois Therion.

Wagner et métal symphonique avec Therion
Thomas Vikstrom et Lori Lewis du groupe Therion au Bloodstock Open Air Festival de Derby, le 13 août 2011, © Gary Wolstenholme/Redferns

Ni cette batterie ni la basse ou les guitares électriques ne font évidemment partie de la partition originale de Wagner ! Cet ajout d’instruments issus du rock à un orchestre symphonique est un bel exemple d’un sous-genre du métal, un style musical que l’on nomme tout simplement le métal symphonique ! Un courant né au début des années 1990 et dont les plus grands représentants sont Nightwish, Epica, Within Temptation ou encore Therion, un groupe suédois qui aime à conjuguer la puissance acoustique d’un orchestre à celle des amplificateurs.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

La Scandinavie est un vivier de groupes de métal symphonique. Ce n’est donc pas anodin si ces groupes sont particulièrement inspirés par la mythologie nordique telle qu’elle est racontée dans l’Edda par exemple. C’est une intuition mais quand vous aimez la puissance sonore du métal et les légendes scandinaves alors Wagner est forcément un compositeur que vous chérissez. C’est le cas de Therion qui reprenait en concert en 2008, plusieurs pages du compositeur allemand comme ce choeur extrait d’un opéra de Richard Wagner : Rienzi (1842).

Si l’on compare la partition de Wagner et l’arrangement de Therion, on constate que le choeur de femmes et les fanfares de cuivres sont toujours présentes. Les cordes en trémolo de la partition originale sont remplacées par les notes répétées de la basse et de la guitare électrique, en langage rock on appelle cette technique l’alternate picking, un jeu d’aller-retour avec le médiator. De plus, la batterie et son rythme martial marque la mesure et se substitue aux roulements de timbale originaux. Toute puissante, elle rappelle aussi que ce chant de Wagner est un choeur militaire.

Les correspondances entre Therion et Wagner ne sont pas seulement musicales. Les oeuvres  lyriques de Therion s'inspirent de thèmes et des sujets développés dans les opéras de Wagner. Dans Schwartsalbenheim, extrait de l’album Secrets of the Rune, les voix lyriques décrivent, en  allemand, un univers souterrain où des nains forgent des objets magiques pour les dieux, des runes de pouvoir et de richesse… Comme l’anneau du Nibelung, objet central dans le Ring de Wagner.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
L'équipe de l'émission :