MAXXI Classique
Programmation musicale
Lundi 23 novembre 2020
3 min

Debussy au synthétiseur : « Snowflakes are dancing » d’Isao Tomita

Aujourd’hui, Max Dozolme nous fait écouter de la musique électronique repris au synthétiseur avec un album mythique d’Isao Tomita : Snowflakes are dancing !

Debussy au synthétiseur : « Snowflakes are dancing » d’Isao Tomita
Isao Tomita en 1977 - Maxxi Classique , © Getty / Michael Ochs Archives

Ce Clair de lune vient tout droit de Tokyo et de l’imaginaire d’Isao Tomita, un compositeur et arrangeur japonais, virtuose du synthétiseurs Moog. En 1974, il sortait un album majeur de la musique électronique : Snowflakes are Dancing, un disque entièrement consacré à des reprises électronique et planantes d’œuvres pour piano de Debussy ! 

Le disque s’ouvre sur une réécriture accélérée de The Snow is dancing, appelée Snowflakes are dancing, traduit par "Les flocons de neige dansent", extraite des Children’s corner de Debussy. En programmant ses synthétiseurs, Isao Tomita cherche à mettre en évidence le potentiel orchestral et la richesse d’écriture de Debussy. Comme des personnages musicaux, chacun des motifs de la partition est doté d’un timbre spécifique. Mieux encore, pour montrer les qualités orchestrales de la musique pour piano de Debussy, Isao Tomita n’hésite pas à jouer sur la stéréo. Les sons se promènent sur les hauts parleurs gauches et droites. Comme si nous avions face à nous un orchestre futuriste.

Cette transcription très fine de la musique de Debussy ne vient toutefois pas de nulle part ! Lorsqu’Isao Tomita sort Snowflakes are dancing en 1974, il s’inspire très clairement du travail de la musicienne américaine Walter Carlos et plus précisément de son album Switched on Bach. Un disque sorti en 1968 qui proposait des arrangements de la musique de Bach, toujours au synthétiseur Moog ! Ce disque a eu un énorme succès lors de sa sortie, qui avait même été salué par Glen Gould à sa sortie ! Si vous comparez les deux disques, vous verrez qu’il y a de nombreux points communs.

Snowflakes are dancing a lui aussi eu un très grand succès, notamment en France pour une raison toute simple. Si vous regardiez FR 3 en 1983 et 1984, alors vous vous souvenez peut-être de ce sommaire des programmes de la nuit !  Cet arrangement de la première arabesque de Debussy qui servait d’indicatif à la troisième chaîne, vient tout droit du disque Snowflakes are dancing d’Isao Tomita. Un disque qui a considérablement augmenté ses ventes en apposant sur la couverture du vinyle l’autocollant : « générique de la troisième chaîne » ! 

Les arrangements pour synthétiseurs d’œuvres classiques d’Isao Tomita n’ont pas toujours fait l’unanimité. Lorsqu’en 1976, le musicien sort un disque tout entier consacré aux Planètes de Gustav Holst, Imogen Holst, sa fille et détentrice des droits fait interdire la commercialisation du disque en Angleterre… Ce qui fera l'objet d'un prochain Maxxi Classique !

L'équipe de l'émission :