MAXXI Classique
Programmation musicale
Mardi 28 septembre 2021
3 min

Miles Davis, De Falla et Rodrigo : Sketches of Spain

Il y a trente ans jour pour jour disparaissait Miles Davis. Un musicien passé par le bebop, le jazz cool, modal et fusion et qui nous a même offert une lecture originale de la musique espagnole avec l'album Sketches of Spain et ses arrangements d'oeuvres de De Falla et Rodrigo.

Miles Davis, De Falla et Rodrigo : Sketches of Spain
Pochette de l'album Sketches of Spain (1960), © Columbia

1959 à Los Angeles. Miles Davis rend visite à un ami. Il lui décrit les impressions d’un spectacle qu’il a vu récemment à New York. Sa première femme, Frances, avait insisté pour qu’ils aillent voir le danseur de flamenco Roberto Iglesias.  Depuis il s’est passionné pour les mélodies traditionnelles espagnoles, il achète disque sur disque. Alors son ami met justement un vinyle sur sa platine. C’est un enregistrement du Concerto d’Aranjuez de Joaquin Rodrigo

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Depuis ce jour, cet air mélancolique tourne en boucle dans la tête de Miles. Il a convaincu Gil Evans, l’arrangeur des disques Miles Ahead et Porgy and Bess de travailler sur cette oeuvre. En novembre 1959, les musiciens sont au studio Columbia de New York. Les partitions de Gil Evans sont sur les pupitres. Miles Davis se tient au milieu d’un important effectif de cuivres et de bois, une harpe et une ribambelle de percussions. Gil Evans est face à l'ensemble, il dirige la transfiguration du Concerto d’Aranjuez.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L’adagio du Concerto d’Aranjuez est l’ouverture mais aussi la pierre angulaire de l’album Sketches of Spain. Un disque consacré exclusivement à la musique espagnole sorti en 1960 où l’on retrouve également un air bien connu d’un grand compositeur espagnol nommé Manuel de Falla. Le titre Will’o the Wisp qui n’est autre que La Chanson du feu follet extraite du ballet-pantomime L’Amour Sorcier de Manuel de Falla composé en 1916.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Comme son nom l’indique, Sketches of Spain, croquis d’Espagne est également un voyage à la découverte de musiques traditionnelles espagnoles. Les trois titres qui succèdent au Concerto d’Aranjuez et à la Chanson du Feu Follet sont des airs populaires que Miles Davis et Gil Evans ont découverts grâce à des enregistrements de l’ethnomusicologue Alan Lomax. The Pan Piper, la flûte de pan est une chanson traditionnelle de Galice, Solea est une mélodie flamenco tandis que Saeta est chant religieux entonné lors des processions de la Semaine Sainte.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Certains critiques ont pu considérer Skeches of Spain comme une référence du courant « third stream », un style musical qui mêle le jazz, le classique et les musiques du monde. Miles Davis avait quant à lui une définition très simple de cette musique non improvisée : « ce n’est pas du jazz » disait-il, c’est juste de la musique, de la musique que j’aime. »

L'équipe de l'émission :