MAXXI Classique
Programmation musicale
Vendredi 31 décembre 2021
3 min

Finir l'année sur une note joyeuse : la tierce picarde de Schubert aux Beatles

Pour clore cette année sereinement, rien de mieux que d’écouter des fins heureuses de toutes sortes mais qui ont en commun de nous faire entendre la même astuce musicale ! La tierce picarde !

Finir l'année sur une note joyeuse : la tierce picarde de Schubert aux Beatles
Franz Schubert et les Beatles, deux époques, deux styles mais un même amour pour la tierce picarde., © DEA / A. DAGLI ORTI/De Agostini (Schubert) / Birmingham Post and Mail Archive/Mirrorpix/Mirrorpix via Getty Images (Beatles)

Les accords qui se répètent lourdement, une berceuse mélancolique. Si 2021 était une partition, elle pourrait bien ressembler au déprimant Gute Nacht, lied inaugural du Voyage d’Hiver de Franz Schubert. Seulement, voilà 2022 qui approche à grand pas, l’espérance revient, une seule note change, et l'accord final mineur est substitué par un accord majeur : éclaircissement prodigieux ! 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Pour représenter l’arrivée inopinée de souvenirs joyeux dans un quotidien sombre, Franz Schubert utilise ce que l’on a coutume d’appeler une tierce picarde. Une astuce musicale qui consiste en l’arrivée in extremis et conclusive d’un accord majeur à la fin d’une œuvre ou du moins d’une phrase musicale qui nous baignait depuis le début dans une tonalité mineure ! Un procédé musical très ancien que l’on retrouve par exemple au tout début du 17e siècle dans cette pavane de l’Anglais William Byrd. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Les origines de la tierce picarde, son usage et même son nom sont sujets à plusieurs théories.  Selon le philosophe et compositeur à ses heures perdues, Jean-Jacques Rousseau, le nom de cet accord lumineux proviendrait tout simplement de la région Picardie ! Dans son Dictionnaire de la musique (1767), voici comment il justifie cette théorie : « Tierce picarde parce que cette façon de terminer a survécu le plus longtemps dans la musique religieuse et donc en Picardie, où il y a de la musique dans un grand nombre de cathédrale et d'églises. » Une explication peu même s’il est vrai que la tierce picarde est très présente dans la musique religieuse et notamment dans les motets, Passions et chorals de Jean-Sébastien Bach.  

La tierce picarde était tellement utilisée dans la musique baroque qu’il s’agit aujourd’hui d’un ingrédient pour finir en beauté une musique aux saveurs archaïques. Et ce ne sont pas les Beatles qui vont me contredire. Ni les Beatles avec la tierce picarde qui achève la chanson And I Love Her, ni le compositeur anglais Ralph Vaughan Williams qui utilise une sublime tierce picarde à la fin de ce folk song composé en 1949. Un accord qui illumine les mots : I send you a happy new year, je vous souhaite une bonne année. 

L'équipe de l'émission :