MAXXI Classique
Programmation musicale
Mercredi 28 octobre 2020
3 min

"Sans contrefaçon" de Mylène Farmer à la manière de Satie et Debussy

Erik Satie et Claude Debussy sont-il l'objet d'une "contrefaçon musicale" ? Sous les doigts et l'imaginaire de Joseph Schiano di Lombo, le style d'écriture des deux compositeurs s'accorde étonnamment bien à la chanson Sans contrefaçon de Mylène Farmer

"Sans contrefaçon" de Mylène Farmer à la manière de Satie et Debussy
Quand Sans contrefaçon de Mylène Farmer fait l'objet de reprises au piano à la manière de Debussy et de Satie avec le pianiste Joseph Schiano di Lombo, © Getty

Ce n’est ni la première ni la deuxième et encore moins la troisièmeGymnopédie de Satie, mais il s'agit de Joseph Schiano di Lombo. Le pianiste, écrivain, dessinateur, photographe et performeur aime à se saisir d’oeuvres connues pour les faire sienne. En littérature il a réécrit L’Oeuvre au noir de Marguerite Yourcenar. En photo, une série d’autoportrait où il est absent de la cabine. Et en musique il a repris de manière mélancolique et épurée des airs au piano comme If You Had My Love de Jennifer Lopez ou le générique de la série Stranger Thing. Son dernier pastiche est alors de Satie, avec une fausse Gymnopédie inspirée d’une chanson bien connue.  Le même balancement basse-accord et une mélodie éthérée qui n’a plus rien à voir avec l’arrangement original. 

« Sans contrefaçon » Musique de Laurent Boutonnat, parole Mylène Farmer est Single d’or vendu à 500 000 exemplaire en 1988. Une chanson qui est l’occasion de belles improvisations de la part du pianiste Joseph Schiano di Lombo. Dans le style de Satie, mais aussi de Debussy.

Ce sont les mêmes harmonies modales, les même accords plaqués et la même cadence. On croirait presque entendre le début d’un Prélude de Debussy.  Mais là encore, les illusions sont trompeuses car il s’agit bien d’une contrefaçon dans le style de Debussy, de "Sans Contrefaçon" de Mylène Farmer. 

L'équipe de l'émission :