MAXXI Classique
Programmation musicale
Mercredi 27 octobre 2021
3 min

Les références musicales de The French Dispatch

The French Dispatch, le nouveau film de Wes Anderson sort aujourd'hui au cinéma. L'occasion d'écouter attentivement la partition étonnante composée par l'alter-ego musical d'Anderson : Alexandre Desplat.

Les références musicales de The French Dispatch
Détail de l'affiche du film "The French Dispatch" de Wes Anderson. Sortie le 27 octobre au cinéma., © Walt Disney Company

The French Dispatch nous invite à lire le dernier numéro d’un journal imaginaire installé dans la ville française fictive d'Ennui-sur-Blasé. Les reportages poétiques et loufoques des journalistes se succèdent au fil des pages et au gré de chansons de Charles Aznavour, Chantal Goya, Grace Jones et Jarvis Cocker, d’extraits de musiques de film signés Morricone et Delerue, du Mozart et même du Bach revisité par les Swingle Singers. Mais qui dit film de Wes Anderson dit aussi une bande originale sur mesure ! Celle d’un compagnon de route du réalisateur francophile, à savoir Alexandre Desplat qui accompagne le propos du cinéaste avec une musique toute aussi colorée et facétieuse. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Il y a cette mélodie jouée par le pianiste classique Jean-Yves Thibaudet, une phrase musicale tordue et intrigante qui accompagne les faits d’armes d’un chef de cuisine hors pairs. Le grand Nescaffier qui fait tomber un réseau de mafieux grâce à son talent de cuisinier ! Dans un autre reportage, lorsqu’un personnage joué par Andrien Brody décide de se faire beaucoup d’argent en vendant les tableaux d’un peintre enfermé dans un asile psychiatrique, Alexandre Desplat utilise une mélodie aux allures parfois atonales, un cliché de la musique contemporaine pour évoquer le marché de l'art contemporain.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Si les films de Wes Anderson nous invitent à plonger dans une enfance et une nostalgie rêveuse, la musique joue elle aussi avec notre mémoire, notre culture et elle abonde donc en sentiment de déjà-vu ! Par exemple il est tout à fait possible de trouver un zeste de Satie dans cette partition qui accompagne les séances de travail du peintre Moses Rosenthaler. Car cette bascule basse accord dont rien ne pourrait troubler le balancement entêté et cette mélodie naïve et biscornue jouée par la main droite de Jean-Yves Thibaudet ressemblent beaucoup à quelques Gymnopédies, Gnossiennes ou aux Pièces Froides d’Erik Satie.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

The French Dispatch prouve, une fois encore, qu’Alexandre Desplat sait jouer avec notre perception et composer une bande originale qui dialogue finement avec l’imaginaire et le cinéma référentiel de Wes Anderson. L’original et l’objet trouvé se fondent tant et si bien qu’on ne sait plus parfois si l’on écoute du Desplat, du Bach ou une page néobaroque de Georges Delerue.

L'équipe de l'émission :