MAXXI Classique
Programmation musicale
Mercredi 9 septembre 2020
3 min

La musique d’Arvo Pärt dans El Club de Pablo Larrain

Une plage filmée dans un grain bleuté et glacial .... Quand la musique d'Arvo Pärt se mêle au scénario de Pablo Larrain.

La musique d’Arvo Pärt dans El Club de Pablo Larrain
Arvo Pärt, Maxxi Classque du 9 septembre, © Maxppp / FRANCK ROBICHON

Au dessus de la plage, dans une maison de la ville d’El Boca des prêtres excommuniés vivent reclus avec une sœur qui s’occupent d’eux. El Club de Pablo Larrain raconte la fin de l’innocence pour ces prêtres ayant commis des actes de pédophilie et que l’Eglise dissimule aux yeux de la justice, derrière les fenêtres de cette maison. Comme une ouverture d’opéra, la musique tournant autour d’un accord de la mineur nous raconte l’enfermement de ces prêtres. Les pizzicati du violoncelle annoncent le compte à rebours du jugement à venir. 

El Club est le cinquième film de Pablo Larrain, sorti en 2015. Ainsi, il poursuivait sa critique de la société chilienne contemporaine. Dans ce film cruel et froid, il mettait en scène la fin de l’impunité pour les prêtres pédophiles dissimulés par l’Eglise chilienne. Car dans ce film, un prêtre venu de Santiago tentera de faire avouer leur crimes à ces prêtres criminelles tandis qu’un vagabond barbu viendra camper devant leur maison, leur rappelant les dégâts irréversibles qu’ils ont perpétré sur sa vie. 

Ce film traduit l'un des plus bel usage de la musique d’Arvo Pärt au cinéma, un compositeur pourtant très utilisé par les réalisateurs. Ici, Pablo Larrain se montre économe. Fratres, Frères en latin, est une des rares œuvres du film et le réalisateur l’utilise comme un leitmotiv tout au long de son film. Cette pièce, Fratres,  d’Arvo Pärt est composée en 1977, elle est caractéristique du style tintinnabuli et minimaliste d’Arvo Pärt. Ici, Pablo Larrain présente tout d’abord l’oeuvre dans sa version quatuor à cordes puis tandis que le drame s’intensifie, l’oeuvre est utilisée dans sa version orchestrale. L’accroissement de l’effectif accompagne donc la montée en puissance du film.

Mais Fratres n’est pas la seule oeuvre d’Arvo Pärt que Pablo Larrain utilise dans El Club. 

Pour le climax de son film, le réalisateur utilise une autre oeuvre de Pärt, le Cantus in memoriamBenjamin Britten 

Une oeuvre dans la tonalité de la mineur elle aussi, qui a été composée la même année que Fratres en 1977. Cette pièce, comme le film, parle d’ailleurs de culpabilité et de deuil. Ici en l'occurrence, celui de la disparition du compositeur Benjamin Britten, un compositeur qu’Arvo Pärt aurait voulu connaître mais qu’il ne rencontra jamais.

Si la musique d’Arvo Pärt est extrêmement utilisée par les cinéastes et parfois à outrance, cela sera l’occasion d’une prochaine chronique. Son emploi dans El Club est particulièrement puissant et pertinent. Le fait que Pablo Larrain réunisse ces deux œuvres très proches esthétiquement donne à son film une unité de son et de sens qui a beaucoup participé au succès critique d’El Club, Grand Prix du jury du festival de Berlin en 2015. 

Le dernier film de Pablo Larrain, Ema, est actuellement au cinéma.