MAXXI Classique
Programmation musicale
Mercredi 8 décembre 2021
3 min

Les danses hispaniques et sacrales de West Side Story

Aujourd’hui sort dans les salles un film attendu depuis des années ! L’adaptation par Steven Spielberg de l'une des plus célèbres des comédies musicales : West Side Story. Une œuvre qui réunit le jazz, Stravinsky et des danses hispaniques.

Les danses hispaniques et sacrales de West Side Story
Scène du film West Side Story sorti le 8 décembre 2021, © Twentieth Century Fox / amblin Entertainement

Le premier élément remarquable de West Side Story (1957) et qui lui donne une couleur jazzy est un intervalle qu'on nomme le triton et qui parcourt l'œuvre de Bernstein. Une distance entre deux notes reconnaissable entre mille, que l'on nomme quarte augmentée ou encore "Diabolus in musica", le diable en musique !  Un intervalle qui met mal à l’aise lorsqu’il n’est pas résolu et qui incarne bien la tension qui règne entre les gangs Jets et Sharks.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Le triton des Sharks et des Jets est perçu comme un son inquiétant, un facteur de désordre car il n’est pas résolu par une note finale. Mais lorsqu’il se résout, le triton est aussi la parfaite note expressive du crooner ! Lorsque Tony chante son amour pour Maria le triton se résout donc avec une troisième note. Manière de sous-entendre la tension amoureuse entre Tony et Maria et peut-être leur volonté de faire cesser les affrontements entre les Jets et les Sharks. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Avec West Side Story, Leonard Bernstein voulait offrir aux Etats-Unis un "grand opéra américain". Comme George Gerswhin avec Porgy and Bess, Bernstein mélange donc des éléments jazzy, issus de la comédie musicale et des sonorités, des phrasés issus des partitions les plus intellos et radicales ! Prenez par exemple la danse The Rumble qui évoque un affrontement entre le gang des Jets et celui des Sharks. L’orchestration et ces accords rugueux, lapidaires et d'autant plus violents qu'on ne peut prédire leur arrivée, rappellent très clairement la virtuosité rythmique du Sacre du Printemps (1913) de Stravinsky.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Dans West Side Story, la "Danse Sacrale" du Sacre du Printemps dialogue aussi avec des danses hispaniques comme le mambo ou encore le huapango. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Une danse traditionnelle mexicaine qui sert de modèle à l’une des pages les plus spectaculaires de West Side Story.  L’une des plus hispaniques aussi, qui porte pourtant le nom d’America, preuve que l’identité américaine est avant tout le fruit du métissage !   

L'équipe de l'émission :