MAXXI Classique
Programmation musicale
Mardi 13 avril 2021
3 min

Frederic Rzewski : la révolution n'ignore pas la beauté

Aujourd’hui Max Dozolme nous parle d’un pianiste et compositeur américain plutôt discret et qui fête aujourd’hui ses 83 ans. Frederic Rzewski, un musicien engagé et pour qui la révolution n'ignore pas la beauté comme en témoigne les trois oeuvres présentées ce matin.

Frederic Rzewski : la révolution n'ignore pas la beauté
Frederic Rzewski au piano le 6 février 2003. , © Hiroyuki Ito/Getty Images

Le vent se lève, il faut tenter de vivre. Rien d’évident en soi lorsque vous êtes ouvrier des usines textiles de Caroline du Sud dans les années trente, que votre quotidien est rythmé par la cadence infernale de machines bruyantes et dangereuses...

"Winnsboro Cotton Mill Blues" ou "Les Temps Modernes" en musique

Avec cet implacable Winnsboro Cotton Mill Blues (1980), Frederic Rzewski nous fait entendre le caractère aliénant du fordisme tel qu'il était pratiqué aux Etats-Unis dans les années trente. Après avoir évoqué à grand coup de clusters sur le piano le fracas de l’usine, il nous fait entendre un blues que les ouvriers chantent une fois la journée finit, pour se moquer du contre-maître, tenir la cadence et trouver le moral nécessaire pour se relever le lendemain.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Frederic Rzewski a été de toutes les révolutions. En tant qu’interprète cet ancien élève d’Eliott Carter et de Luigi Dallapiccola a défendu les positions avant-gardistes d’un John Cage, d’un Giacinto Scelsi ou d’un Karlheinz Stockhausen. Il fut aussi le fondateur de Musica Elettronica Viva en 1966 c’est à dire le  premier groupe d’instruments électroniques de l’histoire ! Sa musique est aussi imprégnée de mélodies populaires et du jazz qu’il joue notamment aux côtés du saxophoniste Steve Lacy. Frederic Rzewski est révolutionnaire dans sa manière d’écrire et de jouer mais aussi dans les sujets qu’ils traitent dans ses partitions ouvertement engagées. 

"Coming Together" et "The People United Never be Defeated"

Un premier exemple avec Coming Together composé en 1971 suite à la mort d’un mutin de la prison d’Attica aux Etats-Unis. Ce prisonnier, nommé Samuel Melville, était un jeune activiste d’extrême gauche très proche du mouvement Black Panther. Frederic Rzewski est saisi par la puissance d’un des textes écrit par Melville et décide d'en faire une oeuvre d'art pour ensemble instrumental et récitant. Le résultat est une partition implacable au rythme effréné. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Quelques années plus tard, en 1976, les Etats-Unis célèbrent leur bicentenaire. A cette occasion, Frederic Rzewski signe une oeuvre pour piano pleine d’ironie et qui est aujourd’hui sa pièce la plus célèbre. Quoi de mieux en apparence que de composer une oeuvre intitulée Le Peuple Uni Ne Sera Jamais Vaincu pour célébrer le 200e anniversaire de l'adoption de la Déclaration d'indépendance des États-Unis ? Derrière cette pièce, un thème suivi de 36 variations aussi ambitieuses que les Variations Diabelli de Beethoven se cache en fait un hommage au gouvernement socialiste de Salvator Allende puisque Le Peuple Uni Ne Sera Jamais Vaincu est en fait un arrangement d'un chant révolutionnaire chilien du même nom. Donner une dimension colossale à cet air en 1976 est sans doute une manière pour Frederic Rzewski de se souvenir avec émotion du gouvernement d'Allen tout autant que de souligner les suspicions de complicité des États-Unis lors du coup d’état meurtrier de Pinochet au Chili en 1973. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Un chant universel de solidarité et de résistance

Avec The People United Never Be Defeated, Frederic Rzewski montre toute la diversité de son style musical. On passe d’un langage proche d’un Rachmaninov à la musique dodécaphonique d’un Schoenberg sans oublier le jazz qui n’est jamais loin. Aujourd’hui encore, Le Peuple Uni ne sera jamais vaincu est synonyme de résistance et de solidarité. On a même pu l’entendre il y a quelques semaines de cela entonné par des chanteurs et un orchestre sur le parvis du théâtre de l’Odéon à Paris. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
L'équipe de l'émission :