MAXXI Classique
Programmation musicale
Mardi 7 décembre 2021
4 min

Anton Bruckner et le chant de stade le plus célèbre du monde

D’un côté un compositeur du 19e siècle des plus austères. De l’autre une chanson Seven nation army des White Stripes que vous entendrez peut-être lors du match PSG Bruges de ce soir ! Deux mondes opposés ? Pas si sûr à en croire ces sept notes. Mi mi sol mi ré do si.

Anton Bruckner et le chant de stade le plus célèbre du monde
Des supporters du FC Bruges face à Anton Bruckner, © Erwin Spek/Soccrates/Getty Images (Bruges) / Ullstein bild via Getty Images (Bruckner)

Mi mi sol mi ré do si ou si vous préférez POPOPOPOPOPOPO. C’est la mélodie de la victoire. Celle que l’on chante afin de témoigner de notre joie, supporter une équipe ou féliciter un haut fait accompli ! Cette ritournelle a fait la gloire et la fortune d’un musicien américain nommé Jack White, le fondateur du groupe de rock White Stripes. Et c’est au sein de ce duo qu’il formait avec Meg White qu’il compose la chanson Seven Nation Army…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Est-ce cette ligne de basse qui n’en finit pas de descendre comme un escalier paradoxal à la Maurits Cornelius Etscher ou bien cette batterie lourde typique des compositions de Jack White qui ont tant plus aux supporters du FC Bruges ce jour d’octobre 2003 ? Ce jour-là, de très nombreux supporters se retrouvent dans un bar avant de se rendre au stade. On boit, on chante et tout à coup, passe à la radio le nouveau tube du moment : Seven Nation Army. Une personne, puis deux, puis trois, puis l’ensemble des supporters se mettent à chanter à tue-tête cette chanson entraînante, dans le bar d’abord, puis dans la rue, dans les tribunes jusqu’à ce que tous les spectateurs du stade la reprennent en chœur pendant le match.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Puis qu'il était repris à chaque rencontre du FC Bruges, cet air est devenu l’hymne du club et avec le temps un chant de stade repris partout, notamment lors de la Coupe du monde de football en 2006. A ce moment de la chronique vous devez vous demander ce qu’Anton Bruckner (1824-1896) vient faire là-dedans… Quand on pense à Bruckner on pense d’habitude à des pièces chorales, religieuses, à des symphonies vastes, graves et sérieuses comme sa cinquième symphonie par exemple. 1875 - 2003. 128 ans séparent la composition de la Cinquième Symphonie d’Anton Bruckner de la sortie de la chanson Seven Nation Army. 128 ans et pourtant ces deux œuvres font entendre quasiment la même mélodie.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Même si la ressemblance des deux motifs est frappante je pense qu’il s’agit d’une pure coïncidence car au final, si on enlève la note de sol. il s’agit simplement d’un tétracorde descendant. Mi ré do si. Une formule musical utilisée par Biber ou Boccherini bien avant Bruckner et que l'on retrouve aussi dans la chanson Hit the Road Jack de Ray Charles. Une dérivation du tétracorde descendant mi ré do si, voilà ce qui a certainement inspiré Bruckner et Jack White pour écrire deux chefs-d'œuvre différents qui se ressemblent pourtant étrangement…

L'équipe de l'émission :