MAXXI Classique
Programmation musicale
Mardi 4 janvier 2022
3 min

Mystère et métamorphoses d'une Arabesque de Debussy

La Première Arabesque est l'une des pièces les plus célèbres de Claude Debussy. Composée en 1891, cette page pour piano a connu un regain de popularité grâce à la presse en 1903. Depuis, elle a connu plusieurs métamorphoses, grâce à Isao Tomita, Branford Marsalis ou encore Alicia Keys.

Mystère et métamorphoses d'une Arabesque de Debussy
Claude Debussy et Branford Marsalis., © The Print Collector/David Redfern/Redferns/GettyImages

Un flux ininterrompu de croches duquel émerge parfois une gamme pentatonique au parfum d’Asie… Faut-il voir dans ces grandes arches musicales l’évocation d’un monde extra-occidental très en vogue à la fin du 19e siècle en France ? Pour Debussy, son arabesque est moins l’évocation de quelque pagode chinoise ou de motifs arabes sinueux qu’un hommage aux préludes de Jean-Sébastien Bach, à son écriture baroque où la mélodie et l’accompagnement ne forment qu’une seule et même rivière de notes.

Il fut une époque en France où les quotidiens français publiaient des partitions de compositeurs bien vivants. Le 12 septembre 1903, Le Figaro faisait paraître en supplément d’un numéro les quelques pages de la première Arabesque de Claude Debussy. A côté de la partition figurait également un commentaire du journaliste René Lara où l’on pouvait lire ceci : « L’arabesque que voici nous apporte une surprise: elle nous révèle un nouvel et charmant aspect du talent si hautain, si fièrement personnel de M. Debussy. »

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Après la parution de cet article, les éditions Durand rééditent les partitions des deux arabesques et les ventes explosent. Depuis ce jour, le succès de la première Arabesque de Debussy ne s’est jamais éteint, poussant par ailleurs certains artistes à reprendre à leur compte cette petite pièce magique de Debussy. En 1974, le compositeur japonais Isao Tomita sort un album de reprises d’oeuvres de Claude Debussy pour synthétiseur Moog. Un disque intitulé Snowflakes are Dancing où l’on retrouve une arabesque électronique qui servira de de générique aux programmes de la nuit de France 3 à partir de 1983.

Les vagues musicales de Debussy ont aussi soufflé à Alicia Keys et Jeff Bhasker l’accompagnement de la chanson Like the Sea. Une version qui met en valeur un détail de la partition de Debussy, une ligne de basse descendante, la colonne vertébrale de l’Arabesque.

Claude Debussy n’a jamais orchestré son Arabesque, la première pièce pour piano qu’il a édité de son vivant. Le saxophoniste Branford Marsalis et l’arrangeur et compositeur Michel Colombier s’en sont chargés en 1986 au sein de l’album Romances for Saxophone, un disque constitué uniquement de reprises de thèmes classiques que je vous recommande vivement !

L'équipe de l'émission :