MAXXI Classique
Programmation musicale
Jeudi 10 décembre 2020
3 min

La sixte napolitaine chez Beethoven, Claude Bolling et Billy Crawford

Un peu d’harmonie ce matin avec un accord magique et qui fait toujours beaucoup d’effet : l’accord de sixte napolitaine ! Un accord que l'on retrouve dans la musique baroque, classique et romantique mais aussi dans le R'N'B de Billy Crawford ! Démonstration au piano...

La sixte napolitaine chez Beethoven, Claude Bolling et Billy Crawford
Billy Crawford en concert à Nice, le 6 mars 2005. , © Toni Anne Barson Archive/WireImage

Un accord magique et qui fait toujours beaucoup d’effet : l’accord de sixte napolitaine ! Un accord qui a été popularisé au XVIIIe siècle par les compositeurs napolitains justement tels qu’Alessandro Scarlatti, Cimarosa ou Pergolèse. Alors pour le dire très simplement, l’accord de sixte napolitaine est un accord que l’on retrouve en général dans une fin de phrase musical. Il est très étonnant, il surprend l’oreille car cet accord est étranger à la gamme que l’on utilise. Dans la tonalité de ré mineur comme c'est le cas de la Sonate "la tempête" de Beethoven, un mi bémol se glisse dans la cadence et ajoute une belle saveur, une belle attraction vers la note la plus importante, le ré ! 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Un accord de sixte napolitaine que l'on retrouve aussi dans la chanson "You didn't expect that" de Billy Crawford en 2001. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Dernier exemple, on retrouve une belle sonorité de sixte napolitaine dans la musique du film "Doucement les basses" (1971) de Jacques Deray. Une comédie dans laquelle Alain Delon joue le rôle d’un curé et dont la musique est signée Claude Bolling ! Et à un moment du film, un choeur formé par des membres de Double Six et des Swingle Singers chante cette mélodie intitulée Le Vent ! Peut-être un clin d’oeil à la sonate la tempête de Beethoven ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
L'équipe de l'émission :