MAXXI Classique
Programmation musicale
Jeudi 19 novembre 2020
3 min

Les lettres à Elise d’Ennio Morricone

France 3 diffuse ce soir "Inglourious Basterds" de Quentin Tarantino, un film qui s’ouvre sur une célèbre mélodie classique transfigurée par Ennio Morricone…

Les lettres à Elise d’Ennio Morricone
Le compositeur Ennio Morricone à son piano, à Rome, © Getty / Vittoriano Rastelli/Corbis

Ennio Morricone et la Lettre à Elise : une longue histoire d'amour

Mi ré mi ré mi ré mi ré mi... :  ces deux notes ne seraient-elles pas celles des dents de la mer dont on parlait la semaine dernière ?

Non. Vous aurez sans doute plutôt reconnu le balancement caractéristique de la Lettre à Elise de Beethoven. Une lettre à Elise qui passionne Ennio Morricone au point qu’il a réécrit cette bagatelle de Beethoven à d'innombrables reprises.

Comme par exemple dans la scène d’ouverture d’« Inglourious Basterds » de Quentin Tarantino. Imaginez des véhicules approchant vers la caméra… On ne distingue pas bien qui arrive au loin, mais la musique de Beethoven nous indique qu’ils sont probablement allemands. Or, comme Beethoven était un compositeur plébiscité par les nazis et que le film se déroule pendant l’occupation allemande, il est fort possible que les allemands au volant soient des nazis. La musique n'est -elle pas une formidable narratrice ?  

Bien qu'elle fonctionne à merveille dans le film de Quentin Tarantino, cette réécriture de la Lettre à Elise de Beethoven n’a pas été conçue spécifiquement pour «Inglourious Basterds». Initialement, elle faisait office de fond musical pour le duel final de «Colorado», un western spaghetti de 1966 réalisé par Sergio Sollima

C’est d’ailleurs pour«La Poursuite Implacable», un polar sorti en 1973 et réalisé également par Sergio Sollima, qu’Ennio Morricone composera sa seconde variation sur le thème de Beethoven.

Deux ans plus tard, le début de la lettre à Elise inspirera une nouvelle page à Ennio Morricone. Une page écrite pour la bande originale du film « Un génie deux associés, une cloche »de Damiano Damiani, un film sorti en 1975 dont le casting est pour le moins étonnant ! Imaginez Terrence Hill donner la réplique à Klaus Kinski mais aussi à Miou Miou ou encore Robert Charlebois. Oui oui le chanteur de « Je reviendrai à Montréal »! 

Enfin, il existe un troisième thème, composé toujours par le grand Ennio Morricone qui s’inspire, toujours, de la bagatelle, mais de manière légèrement plus lointaine. La référence ne saute sans doute pas aux oreilles dès la première écoute mais dès lors que l'on fait le rapprochement, elle semble évidente. Ce thème est l'un de les plus célèbres d’Ennio Morricone et peut-être s'inspire-t'il lui aussi de la Lettre à Elise ?

Le hurlement stylisé du coyote dans « Le Bon, la Brute et le Truand » ne nous évoque-t'il pas les deux notes inaugurales de la lettre à Elise? A vous de juger !

L'équipe de l'émission :