MAXXI Classique
Programmation musicale
Jeudi 10 septembre 2020
3 min

Les Symphonies de Beethoven mixées par Pierre Henry

Max Dozolme nous parle ce matin du compositeur Pierre Henry et des différentes versions de sa Dixième Symphonie, une oeuvre monumentale qui réunit les neuf symphonies de Beethoven et les fait même dialoguer avec la techno !

Les Symphonies de Beethoven mixées par Pierre Henry
Pierre Henry à l'Arsenal de Metz en 2012 - Maxxi Classique, © Maxppp / Maury GOLINI

Il faut être soit complètement fou, soit génial, pour réécrire et faire fusionner les dix symphonies de Beethoven en une seule oeuvre. C’est pourtant à cette tâche que s’est attaqué Pierre Henry dès 1966 en composant pour bandes magnétiques la dixième symphonie - Hommage à Beethoven. Il s'agit d'une oeuvre électroacoustique qui tisse et détisse les enregistrements Philips des neuf symphonies de Beethoven.

Une première version pour Orchestres et Chœurs à la Philharmonie

Plusieurs versions de cette dixième symphonie existent. Et parmi les différentes versions élaborées par Pierre Henry, il en est une exclusivement instrumentale pour le concert. Cette version n’ayant jamais été donnée du vivant de Pierre Henry, il aura fallu attendre le 23 novembre 2019 pour que la colossale dixième symphonie pour trois orchestres spatialisés et chœur soit enfin donnée à la Philharmonie de Paris. 

Sur la scène, l’Orchestre Philharmonique de Radio France et l’Orchestre du Conservatoire de Paris étaient en trois groupes alignés en arc de cercle et dirigé par Pascal Rophé, Bruno Mantovani et Marzena Diakun. Derrière eux se trouvent le Jeune Chœur de Paris et le Chœur de Radio France. Afin de souligner le caractère historique de cette création, la version symphonique de la dixième symphonie de Pierre Henry avait été enregistré par France Musique et sort demain sous le label Alpha ! 

Une version ... électro ! 

La deuxième version qu'il existe date de 1998. Il s'agit d'une version remixé de la dixième symphonie. Derrière la pochette où le visage de Pierre Henry fusionne avec un portrait de Beethoven, se cache une oeuvre très étrange, une oeuvre électroacoustique qui fait dialoguer la musique de Beethoven avec des sonorités de venues de la musique électronique. Au milieu d’un tourbillon d’extraits des neuf symphonies de Beethoven cousus ensemble en huit mouvements, apparaissent des sons concrets, des motifs et des timbres caractéristiques de l’électroacoustique. Dans le finale, on peut même entendre de la musique techno !  

A propos de cette dixième symphonie où la musique électronique et celle de Beethoven semblent tracer chacune leur chemin, sans être calés rythmiquement, Pierre Henry disait : « Dès 1966, mon premier but était d’agir comme un révélateur sur ces partitions (trop célèbres), pour en concrétiser la modernité et la profonde unité. L’autre but visait à démontrer qu’un compositeur peut faire œuvre originale à partir de tout objet sonore, même si cet objet, comme la musique de Beethoven, appartient à notre patrimoine. C'est une manière de perpétuer et d’élargir, hors des sentiers battus, cet état d’esprit « concret » dont je n’ai jamais cessé de me réclamer. » 

L'équipe de l'émission :