MAXXI Classique
Programmation musicale
Mardi 10 novembre 2020
3 min

Le thème principal des Dents de la mer : Un frisson inspiré du classique ?

mi-fa... Un motif effrayant de deux notes venues du fond de l’océan Atlantique... John Williams explore les registres de la peur et de la poursuite grâce à ce leitmotiv angoissant !

Le thème principal des Dents de la mer : Un frisson inspiré du classique ?
Le thème principal des Dents de la mer : Un frisson inspiré du classique ?, © Getty / by wildestanimal

Un ostinato, deux notes, mi et fa, jouées dans le grave. Le thème principal desDents de la merde Steven Spielberg, la seconde collaboration entre le réalisateur seulement âgé de 26 ans et John Williams en 1975. Ce motif est celui du monstre, un grand requin blanc de plus de 10 mètres de long qui attaque les vacanciers de l’île d’Amity. Même si l’on ne voit pas le requin à l’écran, dès que l’on entend ce motif, on sait qu’il est dans les parages. Ce motif de deux notes, s’accélèrent, il est joué de plus en plus fort à mesure que le monstre fonce sur ses victimes.

Lorsque John Williams joue pour la première fois ce thème simplissime à Steven Spiel-berg, ce dernier rigole, il s’attendait à autre chose, une mélodie plus épique, moins dépouillée. Mais Williams insiste.Ce thème, qui vaudra à Williams son premier oscar de la meilleure partition original 1976, a peut-être été inspiré par plusieurs oeuvres classiques que Williams connaît très bien. Premier exemple avec une musique qui est aussi le générique de Maxxi Classique, la neuvième symphonie de Dvorak et son dernier mouvement.

Le final de laneuvième symphoniede Dvorak s’ouvre aussi sur un balancement entre deux notes joués par l’orchestre à cordes, cette même accélération jouée de plus en plus fort. Continuons avec un autre exemple direction la Russie et un autre animal terrifiant.

Encore une fois ce même balancement entre deux notes joué crescendo par trois cors funèbres. Ce thème évoque lui aussi un monstre sanguinaire, il n’a pas de nageoires mais plein de poils puisqu’il s’agit du Loup dans _Pierre et le Loup_, le conte musical de Prokofiev. Le motif du requin dans les Dents de la Mer ne serait rien sans ses accents joués par des timbales, un piano, des trombones et des cors, aussi imprévisible et agressif que les morsures du requin.

Ces morsures orchestrales, ces accents imprévisibles ne sont pas sans rappeller le début d’un certain Sacre du Printempsde Stravinsky, les augures printaniers et ses accords lapidaires. Le Sacre du Printemps, Les Dents de la mer, ou quand la nature se déchaîne !

L'équipe de l'émission :