MAXXI Classique
Programmation musicale
Vendredi 19 novembre 2021
3 min

Les arias modernes d'Adele

Chaque nouvel album d'Adele est un événement mondial. A l'occasion de la sortie de son nouveau disque 30, Max Dozolme revient sur le classicisme et le lyrisme vocal de la diva moderne.

Les arias modernes d'Adele
Les arias modernes d'Adele, © Cliff Lipson/CBS via Getty Images

Diva : de l’italien Diva « déesse ». Nom féminin. Désigne une cantatrice célèbre par son talent, sa réputation. Se dit de préférence d’une cantatrice d’opéra. Peut également s'appliquer à Adele, une chanteuse qui ne se revendique pourtant pas de chanteuses et chanteurs lyrique. Son modèle n’est pas Maria Callas mais se nomme Céline Dion à qui elle voue un culte jusqu'à posséder un chewing-gum mâché de la chanteuse chez-elle. Elle ne chante pas d’airs d’opéra et n’a jamais été tentée par des projets cross-overmêlant la pop et la grande musique et pourtant la plupart de ses chansons ont un caractère classique dans le sens intemporel du terme. esthétique classique. Cela s’explique à mon avis par l'omniprésence de ses accompagnements au piano mais aussi par son amour pour les instruments à cordes qui ne sont jamais loin et déploient une musique de chambre sur des clips en noir et blanc. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Mais surtout il y a cette voix, la voix d’Adele, puissante, juste et qui n’a pas besoin d’artifices ou de vocoder. C’est ce que l’on constate dans cet enregistrement où la partie vocale de la chanson Hello est isolée du reste des instruments… 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

On a beaucoup parlé et écrit sur la voix d’Adele. Un objet de fascination qui, au-delà des goûts de tout un chacun, force indéniablement le respect. Ce qui revient souvent dans les commentaires, c’est le caractère explosif de sa voix. Cette capacité à ménager les crescendos mais aussi à passer soudainement d’une intensité piano à un fortissimo vertigineux n’est sans doute pas étrangère au succès mondial de Skyfall. La première partition d’un James Bond à obtenir l’Oscar de la meilleure chanson originale, en 2013.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Si Adele était une chanteuse lyrique, si elle chantait des opéras ou des œuvres sacrées quelle serait son registre ? Certainement celui d’une mezzo-soprano ou bien d’une contralto. Dans son dernier album intitulé 25 et sorti il y 6 ans, Adele montrait qu’elle était aussi à l’aise pour chanter un fa très grave que l’on nomme le fa troisième degré que pour faire entendre des aigus puissants, en voix de tête, comme le montre la chanson Water under the bridge. Un pont musical qui relie l’opéra et les stades, une aria moderne.

L'équipe de l'émission :