MAXXI Classique
Programmation musicale
Lundi 6 décembre 2021
3 min

L'ivresse rythmique de Dave Brubeck et Paul Desmond

Dave Brubeck aurait eu 101 ans aujourd'hui ! L'occasion de redécouvrir son plus célèbre disque Time Out (1959). Un album qui, comme son nom l'indique, fait l'éloge des rythmes étranges.

L'ivresse rythmique de Dave Brubeck et Paul Desmond
Pochette de l'album Time Out (1959) du Dave Brubeck Quartet, © Columbia Records

Ecoutons Blue Rondo à la Turk, le titre inaugural de Time Out (1959). Oui ca va vite ! Oui la mélodie est pleine de demi-tons et donc très sinueuse, elle monte et elle descend, on sait pas trop ou elle va mais ce qui donne peut-être le plus le tournis, c’est le rythme ! On a l'impression que le dernier temps de la mesure est plus long que tous les autres, qu'il déborde de la mesure. Le blues de Dave Brubeck repose sur 9 croches réunies de manière contre-intuitive pour une oreille habituée à la musique classique ou à la pop au sens large. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Le titre de Blue Rondo à la Turk, le morceau n'a pas été choisi au hasard car l'utilisation de rythmes irréguliers est un geste musical que l'on trouve beaucoup en Turquie ! Les Turcs ont même donné un nom à ces formules rythmiques : le rythme "aksak" que l'on peut traduire par "rythme boiteux". 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Ce rythme qui peut paraître étrange est en fait complètement incorporé par les Turcs, les Grecs, les Macédoniens, dans les Balkans ou en Bulgarie. C'est pourquoi, Béla Bartók, lui aussi, utilise la même cellule rythmique que celle du Blue Rondo a la Turk de Brubeck lorsqu'il compose la Danse sur un rythme bulgare n°5 extraite du recueil Mikrokosmos

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Mais revenons-en à Brubeck et à son disque Time Out. Un disque qui, comme son nom l’indique abonde en titres aux rythmes irréguliers ! C’est le cas de Take Five, le titre le plus célèbre de l’album, composé par le saxophoniste Paul Desmond et qui repose sur une mesure à, Take Five, 5 temps ! Là encore on a l’impression qu’il y a un temps en trop, que la mélodie déborde de la mesure !   

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

A la manière de Stravinsky dans le domaine orchestral et classique, Paul Desmond et Dave Brubeck ont ouvert de nouvelles perspectives rythmiques en ce qui concerne le jazz.  D’ailleurs ces jazzmen intellos utilisent aussi une astuce que Stravinsky développe beaucoup dans le Sacre du Printemps (1913) : la juxtaposition de signatures rythmiques différentes. Il en est ainsi du titre Three to Get Ready, alternance de mesures à trois et à quatre temps, aussi irréconciliable que le jazz et la java comme l'a un jour chanté Claude Nougaro sur ce même air de Brubeck. 

L'équipe de l'émission :