MAXXI Classique
Programmation musicale
Jeudi 17 décembre 2020
3 min

L.I.T.A.N.I.E.S : L’opéra confiné de Nicholas Lens et Nick Cave

Quand un compositeur belge Nicholas Lens et Nick Cave se réunissent autour d’un opéra de chambre, cela donne L.I.T.A.N.I.E.S. Une oeuvre composée pendant le confinement et qui nous fait voyager à l'intérieur de la solitude et du silence.

L.I.T.A.N.I.E.S : L’opéra confiné de Nicholas Lens et Nick Cave
Après Shell Shock (2014), le compositeur belge Nicholas Lens fait de nouveau appel à Nick Cave pour l'écriture d'un livret d'opéra : L.I.T.A.N.I.E.S , © Charlie De Keersmaecker / Deutsche Grammophon

Une oeuvre confinée...

Jamais les villes n’avaient été aussi silencieuses qu’au printemps dernier pendant le confinement. Partout, ces lieux désertés faisaient entendre des sons nouveaux. A Bruxelles là où réside Nicholas Lens, les rumeurs de la ville ont laissé place à de nouveaux sons. Des chants d’oiseaux et le silence… Dans cette ambiance apocalyptique, en avril 2020, il compose Litanie, une oeuvre en douze parties qu’il écrit chez-lui. Pour évoquer la solitude qui a marqué ce confinement, Litanie s’ouvre sur une question : Où es-tu ? A côté de la voix de sa fille, Clara-Lane Lens, un piano entonne une mélodie sans accompagnement. Une berceuse hypnotique qui semble chercher son chemin à la manière de la pièce Für Alina d’Arvo Pärt...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Eloge du silence

Après l’opéra Shell Shock créé en 2014, Litanie de Nicolas Lens est la deuxième collaboration du compositeur avec le chanteur de rock Nick Cave qui écrit le texte des douze titres de cette oeuvre paradoxale. Car L.I.T.A.N.I.E.S ressemble plus à un concept album qu’a un opéra traditionnel. Car L.I.T.A.N.I.E.S choisit la musique pour évoquer le silence. Car L.I.T.A.N.I.E.S nous donne la sensation d’un temps figé. L’oeuvre se découpe en douze titres comme les douze stations du Christ sur le chemin de croix. Mais douze c’est aussi les douze heures d’un cadran. Chacun des titres s’ouvre sur un gong japonisant comme le coup d’une horloge indiquant une heure écoulée… Oeuvre écrite pour et pendant le confinement, Litanie évoque le temps qui avance sans en avoir l’air. Une impression renforcée par la sobriété de des thèmes musicaux qui semblent tourner sur eux-mêmes,  qui se répètent et qui reviennent, comme des souvenirs, tout au long de cet opéra créé pour le disque à défaut de la scène. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Ensemble à distance

Litanie est aussi le fruit d’une collaboration inédite. Pendant le printemps 2020, les musiciens du disque se retrouvaient dans la petite chambre du compositeur pour enregistrer chacun leurs parties. Un travail d’écoute particulier, où les musiciens devaient mettre leurs pas dans ceux de la personne précédente. Une manière d’être ensemble sans l’être réellement, à distance, à l’image du confinement… 

J’étais le monde, le monde entier… Un texte écrit par Nick Cave. Plus le temps avance et plus ce musicien issue de la scène rock et post-punk se dirige vers la littérature et la poésie. Dans le livret du disque Nick Cave écrit : « Avril 2020, J’étais enfermé, ma tournée mondiale avait été annulée. Nicholas Lens m’a appelé et m’a demandé d’écrire douze litanies. J’ai accepté avec plaisir et la première chose que j’ai faite après avoir raccroché le téléphone fut de chercher ce qu’était une litanie… J’ai appris qu’une litanie était une suite de prières religieuses et j’ai compris que j’avais écrit des litanies toute ma vie… ». Un exemple ? Son titre le plus célèbre Red Right Hand, popularisé par la série Peaky Blinders ne parlait-il pas déjà en 1994 de rédemption et du paradis perdu de John Milton ?

L.I.T.A.N.I.E.S   Sorti le 4 décembre chez Deutsche Grammophon

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
L'équipe de l'émission :