MAXXI Classique
Programmation musicale
Mercredi 28 avril 2021
3 min

Hommage à Milva : de la variété à l’opéra contemporain

C’est une immense artiste qui nous a quittés le 23 avril dernier ! Milva, une chanteuse italienne qui a donné sa voix à des chansons originales, à des reprises, des musiques de film et même des opéras de Kurt Weill et de Luciano Berio.

Hommage à Milva : de la variété à l’opéra contemporain
Milva en concert à Cologne en 1989. , © ZIK Images/United Archives via Getty Images

On la surnommait la panthère de Goro du nom de la petite ville italienne d’Emilie Romagne qui l’a vue naître en 1939. Elle était aussi surnommée La Rossa, la Rouge, du nom de son impressionnante chevelure rousse et de ses positions politiques. Après s’être brièvement appelée Sabrina au tout début de sa carrière, Maria Ilva Biolcati a pris le nom de Milva. Un pseudonyme qu’elle a gardé pendant près de 50 ans de carrière et qu’elle a gravé sur plus de 170 albums vendus à 80 millions d’exemplaire : Un record en Italie.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Milva a eu mille vies. Il y a la Milva  de la variété et des reprises de chansons de d’Edith Piaf et de Jacques Brel en italien. Milva la Rouge qui enregistra des chants antifascistes et qui donna de sa voix graves et puissantes à des musiques de films composées par Ennio Morricone et Francis Lai… Il ne faut pas oublier sa grande amitié avec Astor Piazzola. Sur la scène des Bouffes du Nord à Paris en 1984, elle interprétait avec le maître argentin certaines de ses compositions ces Années de solitude sur des paroles de Maxime Le Forestier.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Milva ne chantait pas que dans des micros puisqu’elle s’est aussi distinguée en montant sur les scènes de théâtre et d’opéra dans des répertoires qu’elle affectionnait particulièrement. A partir de 1965 et après avoir rencontré le metteur en scène Giorgio Strehler elle devient l’une des plus grandes interprètes des opéras de Kurt Weill et de Bertold Brecht. Le public allemand adopte cette interprète italienne qui reçoit même la médaille du mérite de la RFA… 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Cet amour de la scène et du théâtre conduisit Milva à collaborer avec un grand compositeur de musique contemporaine, son compatriote Luciano Berio qui fit appel à la chanteuse pour son opéra La Vera Storia en 1985. Une oeuvre qui interroge justement les codes de l’opéra romantique à travers le regard critique de deux chanteuses de rues. Milva était l’une d’entre-elles.

Peu d’artistes peuvent s’enorgueillir d’avoir autant enregistré pour des labels pop que pour des maisons de disques classiques comme Decca. Encore plus rares sont ceux qui ont marqué l’histoire du music hall, de la variété, du théâtre et la musique lyrique à la fois. Ce fut le cas de Milva…

Archive : Début de La Vera Storia de Luciano Berio chanté par Milva. 

  • Enregistré le 13 octobre 1985 à l'Opéra Garnier de Paris. Avec : Sylvain Cambreling (dir.), Orchestre de l'Opéra national de Paris, Groupe Vocal de France, Milva, Livia Budai, Lajos Miller, Luigi Roni, Valeri Popova, Robert Dume. 
L'équipe de l'émission :